[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes


Bienvenue sur le forum des Veilleurs des Sylvecimes [VdS]

Alliance

[FRT] | [arcs]




 
AccueilPortailCalendrierRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Celle qui observait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Swiftarrow
Frère du Royaume Tellurique


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Celle qui observait   Jeu 21 Fév 2008, 17:31

Perchée sur un arbre, une jambe pendant dans le vide l'autre lui servant d'appui tête, La jeune demoiselle observait...

C'était une de ces fraîches matinées, mais elle n'avait pas pris peine de couvrir son corps plus que ces quelques morceaux de cuir de tissu et de bois. Son corps avait connu les rigueurs de climats plus agressifs, et forgé une résistance aux éléments. Elle expira lentement un souffle qui se changea en buée, s'éparpillant paresseusement devant son champ de vision, se redressa pour s'appuyer sur le tronc de l'arbre et sourit.

C'était un endroit paisible. Un endroit parfait pour certains des compagnons qui avaient combattu à ses côtés. Si elle n'avait pas eu des frères et de sœurs vers qui se tourner, elle aurait probablement aimé vivre dans de tels lieux. L'harmonie de la nature était présente : Il lui suffisait d'écouter la douce et joyeuse mélopée du vent, de sentir les fragrances subtiles de la terre ou encore de regarder son reflet dans l'eau si claire pour le comprendre.

Le vent lui avait rapporté la présence de peu d'âmes en ces murs, mais des âmes fortes et liées... Elle sourit : C'était cela qu'elle recherchait. Bientôt il lui faudrait faire le pas. Peut être plus tôt que prévu en fait, car elle n'avait nullement cherché à effacer sa présence et ils s'en étaient sûrement déjà rendus compte. Comment prendraient-ils cette intrusion ? Elle ne le savait, mais elle saurait bien suivre la voix du cœur...



[HRP]Voila, ceci est une brève introduction RP à des discussions à venir. C'est toujours plus sympa je trouve. N'hésitez pas à répondre[/HRP]


Dernière édition par Kalendrack le Ven 22 Fév 2008, 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elladan
Mémoire des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 2167
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2007

Informations
Guilde: VdS
Serveur:

MessageSujet: Re: Celle qui observait   Jeu 21 Fév 2008, 21:54

Le soleil montait peu à peu dans le ciel dégagé au-dessus des Sylvecimes. Elladan était convaincu que la nature se moquait bien des affaires des peuples, et n'avait jamais accordé le moindre crédit aux charlatans qui prétendaient décrypter dans un orage ou la disposition des entrailles d'une pauvre âme sacrifiée, les engrenages du destin. Cependant, en son fort intérieur, il devait bien admettre que rentrer au foyer victorieux par un temps superbe ne manquait pas d'une certaine harmonie. Un jour plus tôt, lui, accompagné des Veilleurs les plus aguerris du clan, avaient lancé un raid contre la Fournaise des Lamentations, place forte du Sommet de Pierre. Comme une flèche dans la chair, ils s'étaient enfoncés au coeur des installations du Sommet et, parvenus à leur but, avaient renversé le contrôle exercé par les nains sur leur gigantesque golem de fer, puis apporté la paix aux esprits du feu longtemps tourmentés à l'intérieur de la machine. L'acte accompli, ils étaient en hâte ressortis des couloirs souterrains et partis des Cimesfroides du Sud afin d'échapper à l'afflux de renforts nains que l'assaut était sensé provoqué. Et à en croire les avant-postes désertés que les Veilleurs avaient rencontrés en remontant vers les Sylvecimes, leur tactique de diversion avait plutôt bien fonctionné. Que le Sommet doive remettre en place toutes ses machines n'était qu'un détail du plan visant à éloigner les forces naines des Sylvecimes.

Mais à présent qu'il pénétrait dans le domaine de sa forêt natale, Elladan fut surpris de constater que la flore environnante transmettait encore l'écho d'une présence étrangère qu'il ne pouvait identifier. Les Veilleurs des Sylvecimes sont en effet liés aux terres qu'ils protègent, et le domaine ne saurait subir de perturbation sans que ses défenseurs n'en soient immédiatement avertis. Aussi le groupe de retour des Cimesfroides du Sud pressa-t-il le pas pour rejoindre au plus vite le coeur de la forêt, où leur communion avec la nature est la plus intense, afin d'identifier au plus vite cette entité inconnue. Il était absolument hors de question qu'un nain du Sommet ose seulement fouler l'herbe des Sylvecimes du pied en toute impunité. Ce fut cependant avec soulagement qu'Elladan interrompit sa hâte à la vue d'une jambe aux courbes délicates pendant de la branche d'un hêtre ancestral.


- Je gage que si cette jambe appartient à un nain, nous nous trouvons dans une fâcheuse situation, confrontés à des capacités de camouflages capables d'abuser n'importe quel homme, déclara Elladan, se massant le menton d'une main, une lueur malice dans le regard. Mais si elle ne souhaite pas se voir comparée à un potentiel intrus, la créature dont l'arbre sur lequel elle repose apprécie tant la compagnie serait bien avisée de nous montrer le reste de sa personne et de décliner son identité ainsi que ses intentions.

________________________________________________


Dernière édition par Elladan le Dim 30 Aoû 2009, 15:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vds-gw.forumpro.fr/
Selene Swiftarrow
Frère du Royaume Tellurique


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Celle qui observait   Ven 22 Fév 2008, 11:27

La jeune femme observa le groupe durant quelques secondes, un sourire rêveur à ses lèvres. Puis, dépliant la deuxième jambe, elle s'assit en travers de la branche, posa ses mains de chaque côté, avant de lancer ses jambes en avant et de basculer en arrière dans le vide. Quand son élan fut maximal, elle laissa glisser ses doigts sur l'écorce et arqua son corps, allant chercher au plus loin. Les rayons du soleil filtrés par l'épais feuillage de l'arbre, tachetaient son corps de lumière, la transformant en une panthère fantasmagorique évoluant de branche en branche. Sa souplesse et la vivacité d'exécution laissait supposer qu'elle avait l'habitude de jouer dans ce type de milieu, ne laissant presque aucun temps mort entre les étapes de sa descente. Enfin, elle se saisit de la dernière branche et se laissa tomber au sol, à quelques mètres du groupe. Une abondante cascade de cheveux ondulés, aux reflets auburn lui tomba sur le visage, le masquant partiellement. Elle passa la main dans ses cheveux, se recoiffant d'un geste rapide et négligé avant de se relever lentement dépliant ses formes à la vue de tous.

Svelte et élancée, assez grande, des courbes loin d'être désagréables, de puissantes jambes galbées, la peau nourrie par les bienfaits du soleil, un charmant minois au yeux clairs, au nez mutin et aux lèvres pleines -qui fusse d'ailleurs plus mignon encore diront certains, sans la légère couche de crasse qui le couvrait- voila les détails que la plupart retiendront. Les plus attentifs s'attarderont sur ses mains fines mais marquées, ses pieds nus foulant délicatement le sol ou encore un petit nombril qui vibrait doucement au rythme de sa respiration. Sa tenue loin d'être outrancière montrait cependant bien plus qu'elle ne couvrait, se composant d'un haut qui ne protégeait que le strict nécessaire pour ne pas être qualifié d'indécent, d'un pagne court en peau et en branches, ainsi que de négligeables protections tissées de branches au poignets comme aux mollets. Si elle ne semblait pas hostile, une sensation de magie, vibrante et puissante se dégageait pourtant, provenant de l'arc long en racines qu'elle portait dans son dos. Elle sourit.

Elle sourit mais ne s'avança pas plus, détaillant de nouveau le groupe, à la recherche d'un visage du passé. Peut être l'avaient-ils oubliée, elle qui n'était qu'une simple étoile dans ce ciel immense... Mais elle, ne les avait pas oubliés. Elle ne savait pas si elle pouvait encore compter sur eux, mais la voix intérieure lui murmurait de prendre les devants, et de ne pas abandonner, jamais. D'une démarche féline, elle parcourut les quelques mètres qui la séparait de la personne qui se trouvait en tête de groupe, et posa un genou au sol.


"Messire, veuillez pardonner mon intrusion, mais ces terres sont fascinantes de beauté et mon âme s'est laissée envoûter."

Ce faisant, elle traça du doigt sur le sol le symbole de reconnaissance des telluriques

"Notre "ambassssadeur" étant "très occupé", j'ai pris l'initiative de venir à sa place discuter de certaines choses concernant nos guildes. J'espère que vous saurez l'excuser, et accepter de m'accueillir ainsi que de m'écouter."

Elle resta ainsi posée, appréhendant la réponse. Elle savait qu'elle avait outrepassé ses droits mais elle ne ferai pas marche arrière. Les enjeux étaient trop importants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elladan
Mémoire des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 2167
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2007

Informations
Guilde: VdS
Serveur:

MessageSujet: Re: Celle qui observait   Ven 22 Fév 2008, 16:26

Ils étaient une dizaine, hommes et femmes. Beaucoup de membres du groupe des Veilleurs étaient vêtus de manteaux et de capes épaisses, tenue adaptée à un voyage à travers les Cimesfroides. La nature des fourrures et du feutre était révélateur d'un artisanat Norn chez la plupart d'entre eux. Pratiquement tous étaient équipés d'un carquois et d'un arc portés dans le dos sous la cape vert sombre. Certains, dont Elladan, ceignaient également une longue épée courbe. Les marques de la fatigue du combat et d'un long voyage se mêlaient au bonheur de se retrouver en terre hospitalière sur tous les visages. Quand leur visiteuse mit genou en terre devant le rôdeur de tête, des expressions sarcastiques agitèrent les sourcils de certains. Au mot "messire", sourires et gloussements étouffés se mêlèrent, tandis qu'Elladan fronçait les sourcils. Une fois l'introduction de l'archère terminée, il prit la parole à son tour :

- Relevez-vous, et sachez qu'il n'y a pas de "messire" à donner à quiconque en ces lieux. Si ce ne sont pas les frères du Royaume Tellurique qui vous ont donné ordre de mission, votre manque de connaissance de nos moeurs est excusable, et je vais y remédier promptement afin que vous ne semiez pas la confusion par vos propos. Ceux qui se tiennent devant vous, dit Elladan en désignant ses compagnons, ainsi que ceux que vous ne pouvez pas voir mais qui vous surveillent probablement depuis que vous avez posé la main sur l'écorce de ce hêtre, sont les Veilleurs des Sylvecimes. Nous sommes les gardiens de l'ombre de ces lieux et non ses habitants, et nous oeuvrons autant pour la préservation de ces bois que la protection des entités qui y résident. Nul ne peut pénétrer dans ce domaine sans que nous en soyons informés : les voyageurs et les visiteurs de notre domaine sont les bienvenus, mais tout acte de destruction ne reste jamais ni inconnu ni impuni. Considérez dès lors que vous serez traitée ici avec tous les égards qu'une amie de la nature mérite, symbole des telluriques ou non.

L'homme vêtu de vert avait dit tout cela sans s'interrompre et il tendait maintenant une main paume ouverte à l'inconnue.

- Mon nom est Elladan Gil Celeb et vous ne nous avez toujours pas donné le vôtre, continua-t-il en la regardant dans les yeux. Je suis le guide des Veilleurs et si vous acceptez, je vais vous mener en la demeure principale des Sylvecimes, où nous pourrons alors discuter plus confortablement des enjeux du voyage qui vous a menée jusqu'à nous. Je gage que les guildes dont vous parlez sont les Frères du Royaume Tellurique et l'organisation des Veilleurs ? Car le peuple des Sylvecimes en lui-même n'a que très peu de contacts avec le monde extérieur...

Tout en parlant, Elladan était tourné vers le centre des bois. A cet endroit en bordure de la forêt, ils avaient une vue imprenable sur la vallée boisée qui s'ouvrait devant eux au pied des premières cimes. La taille et le diamètre des arbres augmentaient en direction du centre de la forêt, et un expert des bois n'aurait pu donner le nom d'un de ses ancêtres remontant à un âge aussi lointain que celui du plus jeune de ces arbres. Tout rôdeur digne de ce nom était inévitablement attiré vers l'intérieur des lieux. Au loin, un immense dôme vert se détachait du reste de la végétation et l'on était en droit de se demander s'il s'agissait d'un seul arbre ou de plusieurs : le Coeur des Sylvecimes.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vds-gw.forumpro.fr/
Selene Swiftarrow
Frère du Royaume Tellurique


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Celle qui observait   Mer 26 Mar 2008, 20:39

La jeune rôdeuse plissa les yeux et tout en observant toujours son interlocuteur, pencha la tête de côté telle une chouette amusée avant de partir d'un éclat de rire.

Selene Swiftarrow

annonça t-elle malicieusement, posant sa main dans celle d'Elladan. Ses mains ne tremblaient point, elles n'étaient empreintes de nulle hostilité, mais d'une chaleur diffuse et une certaine moiteur sans doute due à la rosée matinale.

Si elle tenta de ne rien laisser paraître, intérieurement elle se blâma se son attitude. Autrefois, elle n'aurait jamais parlé ainsi, ni même agi de la sorte... Plier échine devant un autre, c'était lui montrer sa faiblesse, et cela était souvent synonyme de mort dans le monde de la jungle. Mais voila, c'est ce que cette chose appelée "étiquette" prônait. Elle n'en avait jamais vraiment compris l'intérêt mais sans s'en rendre compte avait fini par l'adopter. Avait-elle tant changé auprès des humains ? était -elle devenue un de ces animaux de compagnie, apprivoisé dans le but de divertir ? Les subterfuges existent dans la nature, mais ils sont faits pour chasser, ou encore se défendre, mais non pour communiquer... Cet homme nommé Elladan venait de lui rappeler ce qu'elle était : Une femme sauvage. Elle l'en remercia intérieurement.

Tout le long du chemin, Selene observa la flore ambiante. Celle ci était impressionnante, et à mesure qu'ils progressaient vers le coeur, un profond sentiment de majesté s'empara d'elle. Elle se sentait si petite et insignifiante face à ces seigneurs qui avaient vu l'aube de la création... Selene comprit alors pourquoi les Veilleurs désiraient protéger ces lieux : Il s'agissait d'une bibliothèque vivante, dont chaque fibre, chaque goutte de sève s'était imprégnée de savoir au fil des millénaires...

Encore un peu de patience... Ne pas se presser... Elle aurait le loisir d'exprimer se sentiments quand ils seraient au calme et surtout en sécurité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elladan
Mémoire des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 2167
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2007

Informations
Guilde: VdS
Serveur:

MessageSujet: Re: Celle qui observait   Jeu 10 Avr 2008, 16:00

Le trajet dura plusieurs heures. Mais les rôdeurs, rompus aux longues marches, n'éprouvèrent pas le besoin de s'arrêter en chemin, surtout dans l'atmosphère vivifiante des Sylvecimes. A mesure qu'ils progressaient entre les géants d'écorce, l'environnement évoluait autour d'eux : le diamètre des troncs augmentait progressivement, de même que la hauteur des cimes des arbres et le volume de leurs houppiers. Aux troncs sacrés se mêlaient également des arbustes communs, se raréfiant en chemin, devant l'armature de plus en plus imposante des seigneurs sylvestres. En chemin, ils s'arrêtèrent près d'un cours d'eau enjambé par un pont de bois finement ouvragé, prenant quelques instants pour se désaltérer et avaler quelques provisions. Elladan en profita pour observer un peu la rôdeuse tellurique. De belles courbes, comme la plupart des rôdeuses, avec des traits de visage auxquels il n'était pas habitué, mais qui n'allaient pas pour lui déplaire. Comme tous les nouveaux arrivants aux Sylvecimes, Selene affichait l'air serein, contemplatif caractéristique devant la forêt. Cependant, il se mêlait à cette majesté une tension, quasi-indétectable, que le rôdeur avait déjà rencontré dans un tout autre milieu, celui de l'aristocratie. Quelque chose la préoccupait et Elladan ne jugea donc pas utile de prolonger l'arrêt.

Ils repartirent en direction du nord en longeant la rivière, profonde d'un mètre en son centre et large de cinq. La piste, sur la rive droite, s'élevait en pente douce, laissant le cours à l'eau limpide s'écouler en contrebas de la berge : ni algues ni de vase au fond, seulement quelques galets au milieu desquels dansaient des poissons de forme allongée. Le terrain présentait ainsi une courbure un peu bombée, dont ils aperçurent enfin le sommet après une marche de vingt minutes. La rivière était alors bien vingt mètres en contrebas est la berge s'était progressivement transformée en falaise tombant à pic dans l'eau. Toujours, des arbres s'étendaient sur la gauche des onze compagnons, ainsi que de l'autre coté du gouffre. Une trentaine de mètres devant eux, un pont végétal reliait les deux falaises : composé de lianes épaisses entrelacées, il s'enracinait profondément dans le sol de chaque rive et le vent non négligeable qui soufflait au sommet du relief ne parvenait pas à lui imposer une once de balancement. Seule deux pièces de bois, pendues au bout de lianes sortant du pont, oscillaient au gré de la brise. Elladan pointa son doigt ganté d'argent :

- Voici les Gorges de Farimor. Soyez attentive, c'est en passant au niveau du pont que la forêt sondera vos intentions. Laissez-vous envahir.

A mesure qu'ils approchaient, des runes de lumière blanche apparurent sur les deux faces de chacune des pièces de bois suspendues. Un rocher sortait du sol près de l'origine du pont végétal, ainsi qu'un autre sur le bord opposé du chemin. Tous deux s'ornèrent également d'inscription lumineuses. A quelques mètres des deux rochers et du pont, le vent cessa brusquement, donnant l'impression que le temps, comme l'air, devenait immobile. Elladan passa le premier devant le départ du pont, à hauteur des inscriptions. Les deux pierres étaient en alignement avec les stèles sous le pont et la ligne qu'ils formaient se prolongeait de part et d'autre du gouffre en deux allées s'enfonçant dans la forêt, parsemées à intervalles réguliers d'autres minéraux marqués de runes. Les allées n'avaient d'ailleurs rien de chemins fréquentés : elles étaient plutôt la conséquence d'une séparation nette entre deux domaines de la forêt. En effet, sur un ruban de quelques mètres de large, seuls les rochers inscrits balisaient l'herbe uniforme. Dans la zone d'où ils venaient, on trouvait encore quelques arbres communs et hormis l'atmosphère de sérénité qui enveloppait les géants millénaires, rien ne distinguait de manière significative les Sylvecimes d'une forêt ordinaire. Mais dans le secteur qui commençait au niveau de la ligne de runes, il ne faisait nul doute, pour toute personne un tant soit peu réceptrice, que la magie opérait dans l'air. Chaque arbre semblait ruisseler de vie et dégageait une aura qui lui était propre. Plus d'arbustes communs : toute la flore de l'endroit paraissait connectée à l'environnement activement, les plantes communiquant entre elles et avec tout individu présent. L'air était chargé de messages inhabituels, concentrant comme les pensées d'une unique entité. Les fiers colosses de bois, sentinelles immobiles, braquaient du haut de leurs cimes un regard sévère empreint d'une sagesse antique sur le monde d'en bas. Le rôdeur de tête, accoutumé à ce rituel, avança entre les deux rochers lumineux le coeur et l'esprit ouverts et adressa un salut mental au domaine qui le reconnut immédiatement. Parvenu de l'autre côté de la barrière psychique, il se retourna et regarda défiler ses compagnons, des sourires s'affichant sur les visages de la plupart, comme lui heureux de rentrer au bercail : la vie d'un rôdeur n'est pas de tout repos, surtout s'il doit en plus rappeler à l'occasion aux organisations peu fréquentables qu'il n'est pas judicieux de considérer les Sylvecimes d'un oeil avide. Quand vint le tour de Selene, Elladan l'observa plus attentivement qu'il ne l'avait fait jusqu'à présent. Cet instant était le moment crucial, qui déterminerait sans appel possible la justesse des intentions de la rôdeuse. Il sourit quand il reconnut l'attitude vigilante, prompte aux réflexes, commune aux rôdeurs en la voyant regarder de tous côtés et tendre l'oreille. A coup sûr, c'était sa première expérience de ce genre, étant donné qu'il ne connaissait nulle autre forêt semblable aux Sylvecimes, et il espéra en son fort intérieur que la Tellurique ne se renfermerait pas sur elle-même au moment de son jugement. Car les esprits sylvestres ne se laissaient pas abuser par les artifices dérisoires de la conscience humaine, et mettaient au jour sans aucune délicatesse les pensées sincères de ceux qui foulaient leurs terres. Quand elle parvint à hauteur de la barrière, le rôdeur la vit s'immobiliser et crisper les muscles de son visage. Simultanément, il put presque sentir l'air crépiter littéralement de magie dans la zone. Comme l'aiguille d'une boussole est irrésistiblement attirée vers le nord, le forêt fondit sur l'étrangère en quête d'informations et d'instructions vis-à-vis de cette intrusion. D'abord submergée par l'avalanche spirituelle qui lui tombait dessus sans crier gare, Elladan observa avec apaisement Selene se détendre enfin. S'immergeant légèrement dans la toile des messages envoyés en tous sens par la nature environnante, il comprit avec soulagement, au moment où les messages se muèrent en un souhait de bienvenue unanime, que la forêt n'avait pas eu besoin de recourir à la force ou de démêler les noeuds d'un mensonge pour identifier la rôdeuse. Satisfait, le rôdeur ne chercha pas à connaitre les pensées que la communion avait découvertes chez l'étrangère. Il se contenta donc de sourire lorsqu'il la vit refaire un pas en avant, puis plusieurs ; la mine songeuse et anormalement troublée, toutefois. Mais, conscient du bouleversement qu'elle venait de subir, il ne daigna pas l'interroger sur l'origine de son trouble. Elle lui expliquerait en temps voulu ; et si tel était son choix.

- Bienvenue dans le sanctuaire des Sylvecimes, lança Elladan alors qu'ils se remettaient en route.

Le groupe poursuivit donc son chemin au travers de cette forêt consciente. Descendant une pente nettement plus abrupte que celle qui les avait conduits jusqu'au pont de lianes, ils n'eurent besoin que de quelques minutes pour redescendre au niveau de la rivière. La longeant toujours, ils progressèrent au travers du sanctuaire, des bois qui semblaient plus vivants, accueillants, par leur organisation plus libre, les arbres ayant grandi de façon plus chaotique. Bien qu'il fréquentait les lieux depuis de longues années, Elladan s'émerveillait toujours autant devant ce havre de fraicheur. Et ce fut presque avec une surprise mêlée de joie qu'au détour d'un virage, les compagnons aperçurent enfin la rivière passer sous les racines d'un arbre absolument gigantesque. Un peu plus en amont, le cours d'eau s'unissait à deux autres bras, partant dans des directions différentes mais ayant tous pour origine un même fleuve. Et cette séparation s'opérait sous ces gigantesques racines, appartenant aux trois plus grands et anciens arbres des Sylvecimes, qui semblaient s'unir pour ne former qu'un unique complexe de bois. Aussi imposant qu'une forteresse, le Coeur des Sylvecimes était entouré de passerelles de bois reliant et grimpant autour des trois incroyables troncs, séparés chacun d'une vingtaine de mètres, une distance guère plus grande que leur diamètre. Des lumières vertes brillaient sur les rampes sinueuses à quelques mètres d'intervalle les unes des autres. Une cinquantaine de mètres au-dessus du sol, les premières branches partaient des troncs pour s'étendre loin au-dessus de leurs têtes, leur cachant le ciel d'un rideau vert de feuilles chacune grosse comme deux mains en coupe. Entre les trois troncs, en un miracle de la nature, les houppiers des arbres s'entrelaçaient en formant une architecture complexe.

Saluant le Veilleur resté de garde dans une cabane au pied des piliers d'écorce, les compagnons encadrant Selene s'élancèrent sur les passerelles de bois et de cordes à l'assaut des hauteurs. On avait aussi eu la présence d'esprit d'installer régulièrement au cours de l'ascension des paliers, où patrouillaient quelques archers. Permettant de brèves pauses dans l'escalade, ces constructions servaient aussi à synchroniser le réseau labyrinthique des échelles de corde et ponts de singe. Heureusement, quand elle parvint non sans quelques efforts à la naissance des premières branches principales, la compagnie pénétra dans un lieu d'agréable fraicheur tout autrement organisé. Véritable palais végétal, le Coeur des Sylvecimes abritait dans ses branches un vaste réseau de salles aménagées en symbiose avec les arbres. Nulle branche n'avait été coupée ou détournée ; seuls éléments artificiels, des planchers avaient été glissés à certains endroits pour offrir une surface plane plus grande. Les branches maitresses étaient assez larges pour permettre le passage de plusieurs personnes à la fois. Pas de décorations inutiles ; la beauté du Coeur se résumait à l'harmonie simple des structures de l'arbre vues de l'intérieur et des salles aménagées dans le plus grand respect de l'hôte forestier. Les Veilleurs se dispersèrent dans des directions différentes, chacun devant rendre compte de la mission accomplie puis retourner à ses occupations. Elladan entraina la Tellurique sur des branches dirigées vers l'intérieur du dédale. Croisant à plusieurs reprises des êtres de petite taille aux traits fins et au teint d'une légère couleur émeraude, ils les saluèrent dignement : les habitants des Sylvecimes étaient les résidents légitimes du Coeur des Sylvecimes. Les Veilleurs vivaient à l'extérieur, y passant à l'occasion pour des affaires importantes : le palais servait également de quartier général à l'organisation. Les deux rôdeurs parvinrent à un croisement menant à différentes salles visiblement très importantes. S'avisant que l'une d'entre elles était occupée par deux personnes, Elladan s'avança et reconnut de dos Arachnos s'adressant à Narsh dans la salle du conseil. Narsh n'avait pas participé à la descente dans la Fournaise des Lamentations, une mission importante l'ayant tenu à distance à ce moment-là. Soulagé de voir que le jeune homme était de retour, tenant en plus des documents sans doute cruciaux, le rôdeur s'inquiéta néanmoins au même titre qu'Arachnos de voir du sang couler de son bras. Un regard et quelques mots avec l'officier le rassurèrent et il retourna auprès de Selene. Il la conduisit dans une salle adjacente à celle du conseil, la salle spécialement conçue pour accueillir des étrangers. Sa conception avait d'ailleurs fait débat entre les Veilleurs et les habitants, pour qui le concept de recevoir des ambassadeurs n'était pas naturel... La salle contrastait avec toutes les autres. Plus ordinaire, plus proche des habitudes du monde commun, on sentait qu'un soucis d'hospitalité avait dirigé son installation. Mais les rameaux de feuilles faisant office de cloisons, ainsi que l'ouverture dans le feuillage offrant une vue imprenable sur la cime des arbres environnants à des kilomètres à la ronde n'y trompaient pas. Elladan sortit un fauteuil de bois commun finement ouvragé aux angles arrondis et invita la rôdeuse à y prendre place.


- Bienvenue au Coeur des Sylvecimes, Selene Swiftarrow. Prenez vos aises et expliquez moi les raisons de votre venue... la salle réservée aux ambassadeurs est sécurisée et notre conversation ne tombera pas dans des oreilles indignes de confiance.

C'est ainsi qu' aux Sylvecimes, la rencontre entre Telluriques et Veilleurs s'amorça. Mais d'autres viendraient également se joindre à eux pour faire face à un problème des plus énigmatiques...

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vds-gw.forumpro.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Celle qui observait   Aujourd'hui à 02:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Celle qui observait
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon histoire, celle d''un éca ordinaire.
» Mon dieux elle est folle celle-là ! "Xbox 360".
» [Réalisé]Unique comme celle qui la portera
» [Reconstit] Celle ci dura 100 ans 6 et 7 avril 2013
» [A Valider] La Celle-Guenand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes :: Légendes :: Chemin des Sylvecimes-
Sauter vers: