[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes


Bienvenue sur le forum des Veilleurs des Sylvecimes [VdS]

Alliance

[FRT] | [arcs]




 
AccueilPortailCalendrierRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP – sortie d’évaluation] Ce n’était pourtant pas une si mauvaise idée…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nerevar



Masculin Nombre de messages : 315
Age : 26
Date d'inscription : 14/08/2009
Nom d'affichage : nerevar.7321

Informations
Guilde: VdS
Serveur:

MessageSujet: Re: [RP – sortie d’évaluation] Ce n’était pourtant pas une si mauvaise idée…   Sam 29 Aoû 2009, 14:25

Spoiler:
 






____________________________________________________




Citation :
Quelques parts, au sud de la descente du Yak.


Les arbres enneigés offraient une protection à toute épreuve pour les pisteurs aguerris que sont les Veilleurs. Dissimulé derrière un pin magnifique, le petit groupe épiait les mouvements des nains du sommet de pierre.
Malgré les trésors de discrétion qu’ils avaient déployé, les rôdeurs avaient subit une attaque deux jours auparavant. Rien de très sérieux puisque les nains n’étaient que quatre lors de l’offensive, mais il était évident que les Veilleurs étaient directement visé. Ce qui posait clairement un problème puisque les nains avaient été tués, une nouvelle attaque, plus conséquente cette fois-ci, viendrait inévitablement.

La pierre à aiguiser allait et venait le long de la lourde hache de celui qui semblait être le chef de cette petite troupe, brisant le silence qui régnait sur la montagne. Assis en tailleurs sur un rocher il affutait ses armes tous en analysant la situation. La scène, quelque peu surréaliste, se prolongea plusieurs minutes, jusqu’à l’arrivé d’un coursier manifestement épuisé. L’homme, car il n’agissait pas d’un nain malgré sa petite taille, était vêtus d’une large armure de fourrure de là quelle il sortie une enveloppe scellé; sans un mot, il tendit sa missive au chef présumé des nains, récupéra sa paie, et repartie aussi vite qu’il était venu.
La distance ne permit pas aux Veilleurs de saisir la totalité des paroles que les nains échangèrent après le départ du coursier, mais ils comprirent l’essentiel : ces nains étaient ici pour s’occuper d’eux, et leur chef devait aller récupérer un équipement qui leur assurerait la victoire.









Citation :
Quelques jours auparavant.

Nerevar flânait depuis plusieurs minutes dans l’allée des marchands de la célèbre Arche du Lion. Les rues étaient alors noires de monde, vendeurs et clients venaient de tous les continents pour visiter ce marché où tous pouvait –soit disant- y être acheté. Seigneurs ou badaud, tous se mélangeaient dans ce même lieu, sans distinction de rang ou d’origine. En passant devant l’étal d’un teinturier, une forte odeur saisie Nerevar. Pestant contre les désagréments de la vie dans les grandes cité, il continuât son chemin, tous en regardant d’un œil distrait les articles aussi varié que possible que proposaient les vendeurs autours de lui.

Malgré la cohue, c’est la voix d’un jeune marchand qui retient son attention, plus que tous les autres. Il était vêtu d’une cape teinte en verte, et portait un carquois à son coté. Il ne semblait pas vraiment à sa place dans cette ville, jurant avec le caractère citadin des autres commerçants. Cela n’échappait d’ailleurs à personne, puisque son stand restait désespérément vide, et semblait au contraire éloigner les clients potentiels. Néanmoins, trônait sur son étale un javelot magnifiquement orné qui attirât l’œil de Nerevar. Heureux hasard puisqu’il cherchait justement un cadeau pour Balsa. Il s’approchât donc du vendeur, sans montrer l’intérêt qu’il portait à ses articles. Pourtant, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il prit à partie Nerevar, jouant avec les mots comme un saltimbanque joue avec des balles. C’était un vendeur habile malgré son aire rural, et il réussit à convaincre Nerevar que le javelot était une arme d’excellente facture en seulement quelques minutes, sans même le lui faire essayer. Le jeune marchand disait s’appeler Aldarion Tioram, et avait manifestement appartenu au corps des Lanciers du Soleil. La conversation durant encore quelques minutes, jusqu’au moment où la question fût posée.


-Et, pour en revenir à notre affaire, combien me demanderiez vous pour cette arme ?

La réponse fût suivit d’un long silence, puis :

- Cent cinquante mille pièces d’or ? Nom de… tant que ça vraiment ?

Suite à ça, les deux rôdeur –car il s’était avéré qu’Aldarion Tioram était comme Nerevar, Rôdeur de profession- continuèrent à échanger sur la qualité de l’arme, sont prix, et d’autre choses qui n’avaient en réalité rien à voir avec leur marché. A la fin des négociations, le prix de l’arme avait été ramené à cinquante cinq mille pièces d’or, ce qui semblait bien plus raisonnable à Nerevar. Il lui manquait pourtant toujours une importante partie de la somme. Puis, il se rappelât qu’il avait peut-être un moyen d’y remédier :

- Ecoutez, je vous propose un marché. Je dois me rendre dans les cîmefroides pour y conclure une vente avec un nain. Je pense qu’une fois cette affaire réglé, j’aurais la somme que vous me demandez. Donc si vous pouviez, d’ici là, conserver cette arme pour moi, je vous en serai très reconnaissant.

Aldarion Tioram a écrit:


Entendant ainsi le rôdeur et potentiel client, Aldarion eut une idée. Certes, il avait besoin d'argent pour continuer son voyage, d'où la vente de ce javelot. Cependant, aller dans le Nord lui paraissait un objectif difficile à accomplir seul et d'une grande importance à ses yeux. L'occasion qui se présentait à lui, voyager en compagnie de quelqu'un qui semblait connaître les terrains gelés du grand Nord, fut selon lui une aubaine. Réfléchissant à toute allure, il proposa un marché au rôdeur.



- Ecoutez, mon ami, j'ai moi aussi un marché à vous suggérer. Que diriez-vous que je baisse le prix à cinquante-cinq mille pièces d'or au lieu des quatre-vingt mille que je ne souhaitais pas dépasser en cas de négociation ? Cela dit, il y aurait une condition : que je puisse vous accompagner dans le Nord. Attendez que je vous explique. Il me faut aller dans le Nord et vous me semblez connaître le terrain pour penser y aller seul. Contrairement à vous, je ne connais absolument rien aux zones enneigées et cela me serait fort utile si je pouvais compter sur vous pour m'y emmener en vous y accompagnant. Qu'en dites-vous ?



Nerevar réfléchit également à la proposition qu'Aldarion venait de lui faire. Il fut assez surpris de sa demande, il semblait vraiment ne pas s'y attendre. Aldarion ne détailla pas ses motivations si ce n'est qu'il voulait voyager accompagné dans le Nord. Nerevar accepta, cela lui semblait juste. L'affaire était conclue. Les deux rôdeurs feraient voyage ensemble dans les terres glacées des Cimefroides en contrepartie du fait qu'Aldarion baisserait considérablement le prix de son javelot.

Cependant, Nerevar mit une condition de plus à cette affaire. Il expliqua à Aldarion qu'il ne pouvait pas faire confiance à n'importe qui. Aldarion comprit directement la logique de cette remarque et il était tout à fait en accord avec elle. Pour s'assurer entre eux de leurs bonnes intentions et qu'ils mèneraient chacun l'affaire à terme, ils convinrent d'un échange.

Nerevar commença par confier à Aldarion une pierre très précieuse à ses yeux mais néanmoins d'une valeur marchande assez moyenne. Le rôdeur ne détailla pas précisément les liens qu'il attachait à cette pierre si ce n'est qu'elle lui était très précieuse. Aldarion jura d'en prendre grand soin et la rangea dans une poche sure à l'intérieur de sa veste. Aldarion, quant à lui, confia à Nerevar un collier de cuir au bout duquel était accrochée la tête d'un poisson vernie d'un enduit brun. Aldarion narra brièvement que ce collier lui avait été offert par le pêcheur qui l'avait recueilli à son arrivée en Istan et qu'il l'avait gardé en souvenir plus que par attache sentimentale. Il lui était reconnaissant mais elle n'avait sans doute pas autant de valeur que la pierre de Nerevar. Mais il n'avait rien d'autre de précieux sur lui, si ce n'était son javelot.

L'échange ainsi fait, les deux rôdeurs se donnèrent rendez-vous à la fontaine de l'Arche du Lion une heure plus tard, afin de se laisser le temps de se préparer. Aldarion, de son côté, en profita pour ranger son stand et mettre à l'abri son javelot dans un coffre Xunlai. Ensuite, il prit soin de vérifier son matériel de chasse, inspecter ses flèches, préparer ses poisons, prendre quelques vivres pour lui et Maart, son phacochère et surtout, prit avec lui des renforts d'armure en fourrure afin de la rendre plus résistante au froid. Il ne savait pas à quoi s'attendre et cette précaution sembla s'imposer d'elle-même.

Une heure passa et Aldarion attendait Nerevar assis sur la fontaine. De nature patiente, Aldarion attendait que Nerevar arrive...



La suite arrive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerevar



Masculin Nombre de messages : 315
Age : 26
Date d'inscription : 14/08/2009
Nom d'affichage : nerevar.7321

Informations
Guilde: VdS
Serveur:

MessageSujet: Re: [RP – sortie d’évaluation] Ce n’était pourtant pas une si mauvaise idée…   Sam 29 Aoû 2009, 14:26


Une fois les derniers détails de leur accord réglé, Nerevar partie se préparer pour la route. Après avoir soigneusement retendus la corde de son arc et préparé quelques fioles de poison, il entreprit de vérifier la qualité de ses flèches. « Une arme mal entretenu est un adversaire de plus sur sa route » comme il se plaisait à dire souvent. Nerevar redoutait de croiser des créatures coriaces sur la route des Cîmefroide, et il optât donc pour des flèches lourdes et aiguisé, plutôt que celle à pointes multiples qu’il appréciait pourtant beaucoup. Ces flèches particulières étaient extrêmement difficile à préparer permettaient d’atteindre plusieurs cible simultanément. Sont record actuel était de six cibles en un seul tir, mais il espérait pouvoir faire mieux avec un l’entrainement. L’heure avensait plus vite qu’il ne le pensait, et il prit donc la direction de la fontaine, tous en continuant l’étude de ses armes bien entendus. Absorbé dans sa tâche, il passât à coté de ladite fontaine sans la voir, et fini sa route au milieu de l’Allée des Marchands. Ce détour le fit bien entendus arriver plusieurs minutes après Tioram au lieu du rendez vous. Heureusement le rôdeur comprenais fort bien l’importance de soigner son matériel, et il n’en tenus pas rigueur à Nerevar.

Après cela, les derniers préparatifs étant terminés, ils prirent la route pour les Cîmefroide. Nerevar avait prévus de passer par la porte de Kryte pour pouvoir faire une halte si le trajet se déroulait mal, et ils partirent donc en direction de l’est. A l’occasion de la première étape, plutôt aisée, Nerevar pus voir combien Maart, le phacochère d’Aldarion Tioram différait de Grouik, son propre compagnon. Si Maart était particulièrement fidèle à son maitre, Grouik lui n’avait jamais été d’un grand secours, et posait plus de problèmes qu’il n’en réglait. « La faute au manque d’entrainement que je fais avec lui » estima Nerevar. Ils discutèrent donc un long moment d’animaux et de dressage, si bien qu’ils ne firent presque pas attention aux quelques lutins du feu qu’ils croisèrent.

La route qu’avait choisit Nerevar les conduisit dans les marécages, où malheureusement, il n’avait jamais été très à l’aise. Après quelques détours inutiles, il fallut bien se rendre à l’évidence : ils s’étaient égarés. Les deux rôdeurs n’ayant tous de même pas un si mauvais sens de l’orientation, ils finirent par retrouver leurs routes, et ils purent enfin contempler la fin des marais, concrétisé par un lac si démesuré qu’on ne pouvait en apercevoir l’autre rive.
Après avoir défait un énième marecailleux, Nerevar commençât à regretter ses flèches à pointe multiples. Il avait en fin de compte mal anticipé, et le poison n’était que d’un maigre recours face aux créatures qui grouillaient dans la région. Il fit par de ses regrets à Tioram, qui ne comprit pas immédiatement -à la grande surprise de Nerevar- ce qu’il voulait dire par ‘flèches à pointes multiples’. Estimant que savoir préparer et utiliser ce type de flèches était un atout considérable, il se proposa pour enseigner à Tioram comment procéder, lorsque l’occasion se présenterait.

La suite du voyage se déroulât sans incident majeur, à l’exception d’une rencontre un peu musclé avec un groupe d’Ettins des neiges qui vivaient dans une grotte de glace. La confrontation n’aurait du poser aucun problèmes aux deux rôdeurs, qui entamèrent le combat confiant, sans plus de préparation. Ce fût une bonne leçon d’humilité pour Nerevar qui reçut un violent coup sur le haut du crâne. Encore une fois, cela aurait pus être une blessure bénigne, si le rôdeur n’avait pas tous simplement perdus connaissance. Par chance, Tioram fût assez prompt pour achever l’Ettins qui avait porté le coup, et il put, grâce notamment à l’aide de son fidèle Maart, venir à bout de ses adversaire.
Les quelques ongulents des trolls qu’il avait préparé à l’Arche du Lion lui permirent de rétablir le blessé assez rapidement, puisque les propriétés curative de l’ongulent le remirent sur pied en quelques minutes. Ils purent donc achever leur voyage jusqu'à la première escale : Le Promontoire.



Après une nuit de repos bien mérité dans l’unique auberge du Promontoire, Nerevar et Aldarion reprirent la route pour la Caverne des Croc de Glace. Cette partie du voyage se déroula fort bien, et les rares adversaires qu’ils croisèrent sur leurs routes étaient pour ainsi dire, insignifiants. Nerevar profita du voyage pour venter les mérites des paysages montagneux à son compagnon, et ils passèrent autant de temps à marcher qu’à observer les sommets enneigé. Aldarion, pourtant vêtus d’une épaisse armure de fourrure, souffrait de plus en plus de la morsure du froid. Il n’était pas habitué aux températures des Cimefroides, et son rythme de marche en était diminué.


Citation :
Sud-ouest des cavernes du Croc de Glace


Arrivé à quelques centaines de pas du lieu de rendez vous, les deux rôdeurs décidèrent de laisser une certaine distance entre eux. Cela éviterait d’inquiéter le nain, et un client confiant est toujours plus à même de négocier. Aldarion s’installa donc quelques minutes au pied d’un arbre, alors que Nerevar continuait son ascension. Malheureusement, ralentie par le froid, et surtout moins à l’aise dans la neige, Aldarion perdit rapidement son compagnon de vue.

Pendant ce temps, Nerevar pestait contre le froid. Il n’avait quitté les montagnes que quelques jours pour y retourner aussi vite qu’il en était parti. Certes, il aimait ces paysages glacé qu’il qualifiait volontiers d’enchanteur, mais là, il arrivait à saturation. Trop occupé à partager sa passion de la montagne avec Aldarion, il avait oublié les désagréments du voyage, mais maintenant qu’il se retrouvait seul, le froid lui semblait plus mordant que jamais. D’autant plus que le nain commençait à être en retard, et qu’Aldarion ne se montrait toujours pas.


Nerevar attendait Smorb depuis maintenant une heures. Certes il venait de loin, mais un tel retard tous de même. Le rôdeur était assis contre un arbre, là où la terre n'était pas encore recouverte de neige. A cette altitude, dans l'ouest des cimefroide, la neige commençait à se faire rare, ce qui n'était pas pour déplaire à Nervar; cela faisait des semaines qu'il était dans ces montagnes, et il commençait à en oublier comment avoir chaud. Et ce maudit nain qui n'arrivait toujours pas. Habituellement, il aurait refusé de traiter avec les nains du sommet de pierre, mais le message de celui-ci lui avait parus correct ; il cherchait à obtenir quelques pierres magiques pour ses recherches, et il payait plutôt bien. De plus, Balsa avait intégré l'ordre des Lanciers du soleil, et un peu d'argent l'aiderais surement pour s'acheter du matériel convenable, il avait donc pris sa décision assez rapidement sans se poser trop de question.

Au bout d'une attente qui lui paru encore interminable, Nerevar aperçus le nain à l'orée de la forêt. Seule sa tête et son torse dépassait de la neige pourtant peu profonde, le rendant ainsi quelque peu ridicule. L'échange lui, fut moins risible. Le ton mielleux du dénommé Smorb avait immédiatement dérangé le rôdeur, mais maintenant qu'il était là, il ne pouvait plus vraiment faire machine arrière, surtout après l'avoir attendus aussi longtemps. Il récupérât donc les quelques lingots de platine, et sortie les pierres enchantées de son sac. C'est le moment que choisit Smorb pour abattre sa hache sur le crane de Nerevar. Le laissant pour mort, il récupérât les pierres, son argent, et repartie en direction de l’est, sans se douter que les Veilleurs qu'il pensait avoir semé dans les montagnes l'avaient alors rattrapé.








Lorsqu’il reprit conscience, Nerevar était entouré de quatre personnes. Son premier reflexe fût de s’en éloigner de quelques pas, tous en portant la main à son arc. Il s’agissait peut être de mercenaires au service du sommet de pierre. Mais la présence d’Aldarion parmi le groupe le rassura rapidement. D’autant plus qu’il semblait connaitre l’un d’entre eux, un certain Tauril, manifestement rôdeur lui aussi. Il était plongé dans une discussion à propos de leur précédente rencontre, si bien qu’ils ne s’aperçurent pas immédiatement du réveil de Nerevar.

Les trois nouveaux arrivants se présentèrent comme appartenant au Veilleurs des Sylvecimes, nom qui par ailleurs, n’évoquait absolument rien à Nerevar. Ils traquaient depuis la descente du Yak, -un avant poste de l’ouest des Cimefroide- un nain du sommet de pierre qui devait se rendre à la Caverne des Croc de Glace pour y conclure un marché. Comprenant qu’il s’agissait du nain qui l’avait dupé, Nerevar leur expliqua qu’ils devaient, le nain et lui, commercer quelques pierres magiques. Mais la réaction des Veilleurs ne fût pas vraiment celle escompté par Nerevar, et c’est tous juste s’ils ne le criblèrent pas de flèches sur le champ. Le coup qu’il avait reçus sur le crane ne l’aidait probablement pas, mais il mit tous de même un bon moment à comprendre dans quel pétrin il c’était fourré. Puis, bien qu’il fut encore sonné, il prit vraiment conscience que les pierres qu’il devait vendre au Sommet de pierre allaient servir à massacrer le groupe de veilleurs qui l’avait sauvé d’une mort certaine.

La discussion qui en découla fût assez désagréable pour le rôdeur, en effet, les trois veilleurs hésitaient à croire en sa bonne foi lorsqu’il leur assurait ne pas connaitre les intentions du nain, et Aldarion ne cessait de ramener la faute sur lui, au grand dam de Nerevar qui se sentait plus coupable que jamais. Il s’était rarement senti aussi mal à l’aise qu’à cet instant, et il s’efforçait de trouver une solution pour se racheter auprès des Veilleurs. Le débat se prolongea encore un moment, et la décision fut prise de poursuivre le nain pour essayer d’éviter la catastrophe qui ne manquerait pas de se produire si ce dernier rejoignait les siens à temps.
La traque fût de très courte durée en fin de compte. Le petit groupe improvisé du entrer dans sur les territoires des centaures pour suivre les traces du nain, et ces dernière prenait fin au beau milieu des reste de ce qui avait probablement été un nain du sommet de pierre, comme en témoignait l’armure ridiculement petite, et l’insigne de métal au couleur du Sommet de Pierre. Les traces de sabot et les tâches de sang ne laissait que peu d’option : soit le nain avait essayé de se jouer des Veilleurs en leur laissant croire à sa mort, soit il avait effectivement été rattrapé par les centaures.

Encore une fois, un long débat suivit cette découverte. La conclusion qu’ils en tirèrent était que, non seulement le nain ne serait pas repartie sans les pierres magiques, mais surtout qu’il était peu probable qu’il ait pu s’enfuir à demi-nu dans la neige.

Intrigué par les pierres, Eldania pris sur elle d’en activer une. Le résultat ne se fit pas attendre, et une gigantesque tortue Luxon fit son apparition devant elle. La créature, d’une taille totalement incongrue, était aussi naturelle dans ces montagnes que pourrait l’être un poisson de mer. Mais la surprise –et la peur- passé, les veilleurs ne tardèrent pas à comprendre l’intérêt que représentait cette créature qui semblait suivre aveuglement la pierre tous en protégeant son porteur.








Maintenant qu’elles n’étaient plus entre les mains des nains du sommet de pierre, elles pouvaient être utilisées à bonne escient. Et elle fit ses preuves rapidement puisque le petit groupe fut attaquer par une troupe de centaure –probablement ceux la-même qui avait trouvé le nain. Dés l’instant ou le premier des Veilleurs aperçus la menace, les trois attaquèrent à l’unisson, avec une précision rendus possible l’étrange lien qui semblait les unir. Pourtant, la tortue fut plus efficace que les rôdeurs. Réagissant au même instant qu’Eldania, elle projeta de lourdes pierres sur les centaures qui n’eurent d’autre choix que de battre en retraite.

Estimant que le danger était passé, et que la tortue ne représentait plus une menace pour les Veilleurs, le groupe se remis en marche en direction cette fois-ci de la Porte de Givre. A l’exception de quelques nains bien trop peu nombre face à la tortue, le trajet se déroulât sans accrochage. Cette fois, le danger résidait plutôt dans le froid, et Aldarion, qui ne connaissait que très peu les climax de montagnes, en souffrait de plus en plus. Le petit groupe commença à s’inquiéter réellement de son état, et Nerevar vint le soutenir pendant que les autres ouvraient la marche. Aldarion ne parlait presque plus. Ses pas, mal assuré dans la neige, l’envoyaient régulièrement face contre sol, humidifiant son armure déjà gelé.
Enfin, arrivé en haut d’un raidillon enneigé, le petit groupe pus apercevoir les imposantes Porte de Givre. Même si les nains eurent quelques réticences à les laisser entre, notamment à cause de la tortue assurément louche, ils finirent par leur ouvrir les portent.






Une fois à l’intérieur, la priorité fût de réchauffer Aldarion. Une fois celui-ci hors de danger, les trois Veilleurs le prirent à partie, ainsi que Nerevar. Les deux rôdeurs avaient à plusieurs reprises exprimé leur désir de se racheter, et les Veilleurs leur proposèrent donc de rester avec eux quelques temps pour leur prêter main forte. Aldarion ne cessait de se désigner comme principal responsable de leur discrédit, et Nerevar, manifestement exaspéré choisit de le laisser dire. Dans le même temps, il promit aux Veilleurs de leur apporter tous le soutient dont ils auraient besoin, et ce, sans la moindre réserve. Il était temps pour lui de se racheter, et il comptait bien faire les choses comme il fallait cette fois-ci.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[RP – sortie d’évaluation] Ce n’était pourtant pas une si mauvaise idée…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Discussion pour la sortie du Roster Elfes Noirs
» La sortie de "Gran Turismo 5" serait repoussée
» Prochaine sortie?
» Faire un SuperGun avec les sortie Component et S-Video
» Une sortie astrale bannale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes :: GUILD WARS 1 :: Affaires internes :: Avant-Poste :: Activités PvE-
Sauter vers: