[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes


Bienvenue sur le forum des Veilleurs des Sylvecimes [VdS]

Alliance

[FRT] | [arcs]




 
AccueilPortailCalendrierRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Récit] Amber'N'Jade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaac Fahrenheit
Bûcheron des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 280
Age : 24
Date d'inscription : 13/05/2009

Informations
Guilde:
Serveur:

MessageSujet: [Récit] Amber'N'Jade   Lun 12 Avr 2010, 18:42

Spoiler:
 

« ‘Pa ! ‘Pa ! , criait-elle d’une voix surexcitée, vient voir ce que j’ai trouvé ! »

Pour changer. Elle criait cela depuis une demi-heure. Une bonne centaine de fois, déjà. Dès qu’ils avaient posé le pied dans ce désert en réalité.
Un désert ? L’ironie était de savoir que, deux siècles plus tôt, cette surface verdâtre et figée avait été une mer pleine de vigueur. Aujourd’hui, la Mer de Jade portait bien son nom, car ce n’était pas la glace qui avait figé ces vagues, ces bateaux et ces créatures sous-marines en pleine course…C’était un vent. Un vent de jade.
La Mer de Jade était un cimetière. Un cimetière gigantesque. Et la gamine était tombée sur un des résidents longues durés.
Un énorme bloc de jade, dont la forme cubique était trop parfait pour être issu d’une simple érosion de la nature. Il renfermait un beau spécimen de Leviathan, a jamais figé dans une posture menaçante alors qu’il chassait une quelconque proie.
Les mains collées sur cette prison de jade, la « gamine » s’émerveillait de cette triste vision. Mais elle était jeune, à peine quinze ans, et pour elle tout était sujet à sa curiosité insatiable.

« C’est beau…Mais tu imagines rester comme ça pendant deux cents ans ? »

Elle se retourna vers son père qui se tenait quelques pas derrière elle et caricatura la posture d’attaque du Leviathan, dressé de tout son long, les pattes griffues au dessus de la tête, prêt à fondre. Cela le fit sourire.

Sans attendre sa réponse, elle laissa tomber sur les fesses, tira de sa giberne plume, parchemins et encres et entreprit de compléter sa carte. Ce bloc de jade était un point de repère important, après tout, au milieu de toutes ces vagues gelées qui se ressemblaient tous.

Sa langue tirée et son regard sérieux ne firent qu’élargir d’avantage le sourire d’Isaac, et il ne la quittait pas des yeux tandis qu’elle s’affairait.

Elle lui ressemblait peu, physiquement. Elle avait hérité de la douceur des traits de sa mère, à quelques détails près, comme la petite fossette au menton qui appartenait clairement à Isaac. Son teint était plus clair. Ses cheveux coiffés en deux couettes étaient naturellement noirs, alors que les Fahrenheit naissaient avec des cheveux blancs pour on ne sait quelle raison. Mais ses yeux, légèrement plus bridées que ceux de son père, avaient la même teinte. Un iris d’un jaune surnaturel et une pupille fendue. Des yeux de loups. Ils étaient toutefois moins discernables chez sa fille car elle n’avait pas cet éclat dérangeant qu’il y avait chez les yeux d’Isaac et de sa demi-sœur, Narya.

Se sentant dévisagée, elle leva la tête de sa carte et croisa le regard de son père, elle lui sourit, perplexe, avant de lui tirer la langue et de replonger dans son gribouillis.

Attendrit, Isaac s’approcha d’elle pour lui ébouriffer vigoureusement les cheveux, chose dont elle se plaignit d’un « hé ! » exagérément long et strident. Elle était sa première fille, et pourtant déjà fille unique. Née d’Isaac Fahnarion Fahrenheit et Mya Sha, elle avait été nommé par sa mère, car Isaac n’avait été mis au courant de sa naissance que très, très tardivement…C'est-à-dire il y à peine un an.

Eve Mya « Nostal » Fahrenheit. Nostal venait du fait qu’il était une tradition chez les Aeterna Nocte, groupes de troubadours itinérants dont Mya fait partie, de s’échanger les enfants (peu nombreux) entre eux afin qu’ils puissent découvrir de nouveaux horizons. La vieille Nostal s’occupa donc d’Eve à la place de sa mère, de toutes manières bien jeune à l’époque, et lui transmit ses savoirs de cartographe, chose qu’Eve accueilla avec joie, car elle était une jeune fille d’une curiosité insatiable. Pouvoir se séparer de la caravane et explorer librement le monde… « Préparer le chemin pour la troupe » n’était qu’une excuse qui l’arrangeait énormément, chose que n’ignoraient pas ses parents. Et c’était bien pour cela qu’Isaac tentait de la suivre partout…

Il était heureux qu’une telle distance n’ait point handicapé leurs relations. Isaac, encore mercenaire à l’époque, avait rencontré Mya alors que le groupe Aeterna Nocte venait à peine de s’échouer sur les rivages de Kourna. Il s’était joint à la caravane comme garde du corps, sous le déguisement d’un Lancier du Soleil. Au fil du temps, et après avoir traversé de longs en larges la grande province de Kourna, il fut aimé par Mya, qu’il aima en retour. Un amour bref, mais intense, qui n’aurait jamais dû avoir de lendemain, car Isaac était un Fahrenheit.

Fahrenheit…Isaac et sa demi-sœur, Narya, étaient les deux véritables, et derniers, représentant de cette famille. Et même eux ignoraient leurs origines. Ils supposaient être issu d’une longue lignée de guerriers Eloniens, dont les origines remontent du temps des Rois Primitifs dû à la vague ressemblance entre leur nom et Fahranur, capitale d’Elona en des temps reculés. Cette cité n’était plus que ruines hantés en plein cœur de l’île Istani, mais ni Narya ni Isaac n’en avait cure. Avec leur nom venait une pulsion meurtrière, une montée d’adrénaline permanente qui avait toujours attirés les Fahrenheit vers n’importe quelle bataille, n’importe quelle guerre. Peu leur importait la cause, le but, ou même l’argent. Un Fahrenheit ne tenait jamais en place. Il leur fallait se battre, et mourir en combattant.

C’était pour cette raison qu’Isaac avait fini par quitter la caravane, ignorant que Mya portait le futur de sa lignée en elle…

Il la retrouva, quatorze années plus tard, totalement par hasard, accompagnée d’une Eve en qui il fut incapable de reconnaître sa fille jusqu’à ce que Mya se décide à lui dire… Et ce fut bientôt comme s’il avait toujours été présent, comme si il n’avait jamais quitté sa fille…Sans aucune manière de savoir s’il le regrettait ou non. Car si Eve n’avait pas hérité de cette soif de sang qui avait fini causer la quasi-extinction des Fahrenheit, elle avait hérité de son insouciance, mélangé à une curiosité phénoménale qu’elle ne tenait ni de son père ni de sa mère.

« Allez viens ‘Pa ! Finit elle par dire lorsqu’elle eut fini sa tâche. Les mines d’Aurios sont par là ! »
Eve prit la main de son père et l’entraîna à sa suite. Ils parvinrent aux « mines » peu après.

Lorsque l’on pense à une mine, on visualise un souterrain lugubre, ou l’ombre et l’odeur de Grenth rôde à chaque tunnel. Les mines d’Aurios n’étaient pas de ce type là.

C’était une fosse béante, au beau milieu de la mer de Jade. Un trou dans la mer de Jade. Car ce n’était pas du charbon que les Luxons extrayaient pour financer l’effort de guerre contre leurs ennemies ancestraux les Kurzicks, mais le jade qui constituait tout leur territoire.

D’une profondeur de soixante mètres et d’une longueur de plusieurs kilomètres, les « mines » d’Aurios était passé de site d’excavation à zoo. L’extraction de jade dû cesser du jour au lendemain après une attaque particulièrement féroce de Kanaxai, le démon d’ombre siégeant dans l’Abîme. Les Luxons se rendirent compte que tenter d’extraire le jade plus profondément était une folie, et ils déguerpirent après avoir rassemblé tout le jade qu’ils étaient parvenus à extraire, délaissant les nombreuses créatures qu’ils avaient exhumé du jade. Ils furent laissés dans la fosse, tel le Leviathan vers qui Eve s’était extasiée.
Parfois, quelques luxons téméraires reviennent tenter d’extraire le jade des Mines, mais les démons ne rôdant jamais trop loin du site, ces tentatives rencontrent toujours un échec cuisant. Ce qu’Eve était venu chercher dans cette fosse était un mystère, il était d’ailleurs plus probable qu’elle était venue sans aucun but précis, si ce n’était le goût de l’aventure.

Elle couru à toute vitesse, parcourant les échafaudages, s’arrêtant à peine devant les créatures figés dans leurs carcans de jade, suivit tant bien que mal par Isaac qui ne prit même pas la peine de lui demander de ralentir, ce qui aurait été peine perdue. Elle ne s’arrêta que lorsqu’elle atteignit le centre de la fosse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Fahrenheit
Bûcheron des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 280
Age : 24
Date d'inscription : 13/05/2009

Informations
Guilde:
Serveur:

MessageSujet: Re: [Récit] Amber'N'Jade   Mar 13 Avr 2010, 12:51

« Discret ? Alors que dis-tu de cela ? » Il désigna les deux corps secoués de spasmes sur le sol. Puleli resserra les pans de sa grande cape grise autour d’elle, camouflant la moindre partie de son corps mis à part sa tête blonde. Elle avait beau avoir mis le haut de sa tenue Kurzick, elle n’en avait pas moins l’air de se balader en petite tenue. Ses cheveux blonds, éclatants dans cet environnement terne qu’était la cité de Kaineng, n’arrangeaient pas les choses. Elle était loin de passer inaperçue.

Elle eut une moue contrariée en suivant le doigt de Solarian, désignant les deux gisants qui avaient tenté de les détrousser. Ils vivaient toujours, mais ils étaient hors d’état de nuire. L’un avait été soulevé dans les airs par des mains invisibles et projeté dans le mur le plus proche, l’autre avait « tout simplement » été aveuglé par une décharge électrique…Ils s’en tiraient à bon compte. Solarian aurait pu les tuer, s’il l’avait voulu. Mais ils n’en valaient pas la peine. Ils ne faisaient même pas partie des Am Fah ni de la Fraternité de Jade…Autrement ils se seraient mieux défendus, et auraient directement tentés de les tuer plutôt que de les menacer…Les rues de Kaineng étaient décidément peu attrayants.

Solarian récupéra sa pipe, qu’il avait laissé tombé durant le massacre. Il la bourra d’herbes et la ralluma d’un sort avant d’en tirer une bouffée, soufflant sa fumée vers les deux vauriens. Il était plutôt mal placé pour parler de discrétion : sa peau exsangue et ses cheveux noirs offraient une certaine homogénéité avec sa tenue de noble Kurzick noire brodée de fils blancs. Ainsi paré, il dégageait une aura de noblesse qui, couplé avec sa frêle silhouette, avait sans doute rendu ses agresseurs trop confiants vis-à-vis de leur proie…Solarian, sans compter le fait que son physique n’était pas représentatif de sa force, n’avait pas un sou. Pas sur lui tout du moins. Ses seules possessions, comme ses vêtements de la noblesse Kurzick, lui venaient d’une période révolue de sa vie. Et l’utilité de l’or était limitée pour lui qui avait choisi une vie de sédentaire dans le désert.

Il haussa les épaules et commença à s’éloigner. Ce n’était pas qu’il n’avait pas de temps à perdre, mais cette semblant de cité, qui n’était rien d’autre qu’un bidonville surpeuplé aux proportions gargantuesque l’incommodait énormément. Misanthrope, il ne supportait la présence que de quelques individus…Tel que Puleli, bien évidemment, qui était sa fille adoptive, et dont il avait décidément beaucoup de mal à se séparer.

Celle-ci d’ailleurs lui saisit fermement la manche, et il se retourna instinctivement. Yeux noirs et sans expressions sur yeux bleus aux sourcils froncées.

« Que veux-tu que cela me fasse ? demanda Sol’ en détournant les yeux. Ils sont pauvres, faibles. Leur vie sera toujours misérable. Tu leur rendrais mieux service en les achevant qu’en les soignant… »

Le regard sévère, elle lui lâcha le bras et fit quelques gestes dans les airs.

« Pourquoi ? Il haussa les épaules. Fais ce que tu souhaites, mais fais vite. J’aimerais éviter d’avoir à passer encore une nuit dans cette décharge qui sert de Capitale à l’Empereur…»

Autre série de gestes accompagnés d’un regard perplexe.

« Non, je ne dors pas. Mais si tu trouve drôle de devoir éloigner tout les noctambules qui prennent la fumée de ma pipe pour de la drogue… »

Puleli secoua la tête en souriant avant de fermer les yeux. Ses tatouages se mirent à luire d’une lumière bleutée, effet plutôt étrange car la cape qui recouvrait son corps en étant devenu translucide. Un corps immatériel apparut du néant, la tête cornue, les mains couvertes d’un gantelet griffu et des chaînes lui entourant cou et membres semblaient le lier à la terre d’où il venait d’apparaître…Elles ne l’empêchèrent pas toutefois de se tourner vers les deux vagabonds gisant sur le sol, dont les corps se mirent à luire de la même lumière tandis que celle qui enveloppait Puleli s’estompait.

Ouvrant les yeux, elle distingua une des jambes de son père, qui venait de disparaître à un tournant. Elle courra le rejoindre, laissant les deux victimes au bon soin de l’esprit contraint de les guérir.

Ils parvinrent finalement à la sortie de la ville/labyrinthe, après trois jours de déambulation infructueuse, au grand dam de Solarian. La porte de Maatu ouvrait sur la vallée de Pongmei, qui était le passage obligé pour quiconque voulait entrer ou sortir de l’immense cité de Kaineng. La vallée était un des seuls points de verdures de tout l’Empire du Dragon, les vents de Jade ayant pétrifiés flores et eaux dans toute la partie sud de l’Empire. Le vert de la vallée était terne, toutefois, car elle côtoyait le dernier lieu de repos des eaux tumultueuses des égouts de la cité.

La vallée faisait office de pont dirigé vers les territoires Kurzicks et Luxons, tout les deux touchés par les Vents de Jade. A l’est, la Mer de Jade contrôlé par les Luxons, et au sud, la forêt pétrifié d’Echovald, territoire Kurzick.

C’est vers cette dernière que Solarian et Puleli se dirigeaient…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Fahrenheit
Bûcheron des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 280
Age : 24
Date d'inscription : 13/05/2009

Informations
Guilde:
Serveur:

MessageSujet: Re: [Récit] Amber'N'Jade   Jeu 22 Avr 2010, 01:14

« Une simple visite de courtoisie, donc…J’espérais pourtant que ton séjour dure un peu plus longtemps… »

La bouche de Narya Fahrenheit s’étira en un fin sourire. Sourire qu’elle dirigeait vers le plus singulier des personnages…Son ancien maître d’armes n’était pas ce que l’on pouvait qualifier d’ordinaire. Droit et fier, tel un homme ayant le monde à ses pieds, Talon Silverwing n’était justement pas un homme. Un des plus beaux fleurons des Tengus Angchus (selon leurs standards, car l’œil humain avait décidément beaucoup de mal à faire la distinction d’un tengu à un autre.), cet oiseau bipède au plumage doré la transperçait de ses yeux jaunes, aussi acérés que son bec, ou que son sabre qu’il portait au côté.

« Je suis tout de même heureux de te revoir, continua Talon d’un ton bourru, tu as l’air en excellente santé…Bien qu’énormément plus maigre. Et tu ne portes plus de sabre. Bien que ce soit la voie dans laquelle je t’ai dirigée naguère…


_J’en suis parfaitement consciente, maître…Mais la vie nous joue d’étranges tours, ne me l’aviez vous pas dit ? Et puis…Rester coincée dans une armure ne me convenait plus.

Et il était difficile aujourd’hui d’imaginer cette silhouette longiligne encastrée dans une armure. Maigre et frêle comme elle l’était. Frêle ? En apparence seulement, car le corps de Narya, bien caché sous son ample kimono qu’elle avait décidé de
porter en lieu de sa tenue habituelle, était tout en muscle et capable de prouesses quasi-félines. Mais elle n’avait nul besoin de faire étalage de ses talents en ce lieu paisible qu’était le Monastère de Shing Jea.

« Et bien ? » la pressa le tengu, accompagné d’un claquement de langue.

_Si je vous annonçais ce que j’ai choisi comme substitution, votre sabre ne resterait pas dans son fourreau, maître. Je vous dirais pourtant que j’ai choisi la voie de la subtilité, et qu’héroïsme et honneur ne sont
pour moi plus que des mots…
_Je ne cacherai pas ma déception, ni mon étonnement. Tu semblais si forte. Et si désireuse de montrer ta valeur au grand jour.

C’était vrai. Avant. Avant qu’elle ne rentre chez elle pour se rendre compte qu’il avait fuit. Avant que ses combats ne lui apportent plus aucune satisfaction.

« Je peux vous le dire, mais vous le faire comprendre est une toute autre histoire, continua la jeune femme après un moment de silence. Les idéaux ne furent jamais capables de contraindre ou de motiver ma famille…Mon corps a beau avoir une apparence humaine, à l’instar du votre, je reste plus sauvage que vous. » Elle défia le regard inquisiteur de son maître. Le silence reprit possession du moment.

Finalement, Talon Silverwing reprit la parole :

« Je vois. Je vois que l’élève que j’ai instruit est morte depuis longtemps. Je connais ta situation, et tu me juges incapable de la comprendre, alors que l’hiver fait de nous des bêtes aussi sauvages que nos ennemis Sensali…Tu me sous-estimes. Tes paroles, ton attitude…Tout en toi est imprégné de la puanteur de l’orgueil et, simultanément, de l’abandon. Toutefois, tu as eu raison de dire que mon sabre ne resterait pas dans
son fourreau. »

Tout en parlant, il l’avait dégainé et fait deux sauts en arrière.

« Tes récentes victoires t’ont rendu trop confiante, Narya Fahrenheit. Mais les as-tu seulement obtenues de front ? Tahkayun. »

Assassin. Bien sûr. Elle était cela. Peut-être même moins.

« Qu’attends-tu ? Je sais que tu n’es pas désarmée… »

De sa manche, elle dévoila un stylet. Le tengu se mit immédiatement dans son étrange position de combat, le bras
plié vers l’arrière, tenant le sabre à l’envers.

Non, pas le sabre. La première leçon de Talon lui revint en tête : « Ton sabre n’est pas un outil, mais le prolongement de ton bras. Prends en grands soins. Sans lui, tu es impuissant… »
Soit. Ce bras, elle allait le couper. Sans remord.

***

« Enfin réveillée ? Tu m’as fais peur. Je pensais que c’était une femme valeureuse, mais morte que me ramenait l’oiseau… »

Encore lui…

Narya cligna des yeux, sa vision, d’habitude si parfaite, était brouillée. Elle distinguait à peine le toit de chaume. Et elle avait mal, très mal.

_Ne bouge pas. D’après Jamei, tu as de la chance de ne pas avoir le crâne fracassé. Que s’est il passé ? Préviens moi lorsque « rendre visite à son maître » signifie « avoir des comptes à régler avec lui »… Surtout que tu sais très bien à quel point le monastère est strict sur ses visiteurs…Ils m’ont laissé entrer pour les circonstances, mais… »

Il ne finit pas sa phrase, se rendant compte que Narya ne l’écoutait pas. La pièce était sombre, aucune lumière ne filtrait par la fenêtre. Combien de temps était elle restée inconsciente ? Elle leva son bras et toucha son front, ses doigts rencontrèrent la texture parcheminée du bandage.

« Et oui, plus besoin de bandeau frontal à présent. » Ultime tentative de plaisanterie qui ne rencontra aucun écho.

Elle détourna son regard du plafond de paille. Ses yeux, aussi jaunes que ceux de son maître, rencontrèrent brièvement le bleu de son interlocuteur avant de se poser sur la table de chevet, ou se tenaient une bougie allumée et les restes de son stylet, reposant en milles morceaux.

Ses yeux se refermèrent. Elle avait été vaincue. Pour la première fois. Et ce depuis bien longtemps.

Elle l’entendit encore :

« Un bateau nous attendra demain à l’aube. Il devrait nous mener près de la forêt d’Echovald, comme convenu. J’espère que ta petite vendetta ne t’empêchera pas d’accomplir notre mission. Je te laisse à ton grief. Bonne nuit, Narya. »

La flamme de la bougie fut soufflée, la porte grinça avant de claquer. Mais elle s’en moquait. Elle était déjà dans l’obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Récit] Amber'N'Jade   Aujourd'hui à 04:09

Revenir en haut Aller en bas
 
[Récit] Amber'N'Jade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2010 - Amber Stanhope - No Ennui. Just Me!
» 2010 - Amber Stanhope - Steamrolled
» O O Jade O O dis Steph
» [RP] Hydre de Jade - On s'garre ici !! - Gargote Hélvetique
» La Cabale du Serpent de Jade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes :: Légendes :: Bibliothèque :: Mémoires d'aventuriers-
Sauter vers: