[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes


Bienvenue sur le forum des Veilleurs des Sylvecimes [VdS]

Alliance

[FRT] | [arcs]




 
AccueilPortailCalendrierRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BIOGRAPHIE] Le Chevalier Phénix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre Octopus



Masculin Nombre de messages : 55
Age : 25
Date d'inscription : 19/07/2009
Nom d'affichage : Octo.5980

Informations
Guilde: VdS
Serveur:

MessageSujet: [BIOGRAPHIE] Le Chevalier Phénix   Dim 18 Avr 2010, 16:20

Maitre Octopus. 45 ans, traits usés par une vie faite de combats, de servitude, d'amour et de désillusions. Un seul mot peut décrire son état d'esprit : Chevalier. Au niveau administratif, c'est un titre donnant des prérogatives assez élevée à son porteur. Il représente diplomatiquement sa patrie, et peut être appelé par son souverain (en l'occurrence, Adelbern) pour la défendre par les armes. Pour Octopus, c'est bien plus. C'est l'Elevation, la Transcendance de l'homme. C'est un stade que l'on atteint à force de Vertu et d'abnégation. Mais alors que ce mot est ce qu'il a de plus précieux, ce qu'il aime le plus... Cependant, il est aussi la raison de centaines de larmes qui ne sècheront jamais, et n'auront de cesse de noyer son âme de jour en jour. Voilà l'histoire du chevalier phénix, le chevalier qui renait de ses larmes.

Lucius Phénix, fils d'Adalberon Phénix, vivait paisiblement sur une terre non loin de la Cité Ascalonienne. Son père, Adalberon, était chevalier, garde personnel du roi. Ils étaient une dizaine à suivre le monarque comme son ombre et à exécuter ses moindres ordres. C'était le temps où Adelbern avait mit fin à la guerre des guildes qui menaçait le royaume tout entier. Un bon roi, aimé par son peuple.

Pour en revenir au jeune Lucius, il apprenait petit à petit, du haut de ses 20 ans, le maniement des armes et les manières de la cour. N'ayant que l'admiration pour son père dans les yeux, il se surpassait sur le champ d'entrainement et émerveillait déjà les jeunes demoiselles de la cour avec ses poèmes. Il aimait passé du temps avec sa petite sœur, à sortir du domaine et parfois provoquer quelque grawls, au malheur de sa mère, toujours plus inquiète lorsqu'il s'aventurait hors des pâturages. Bref, Lucius menait une vie pleine d'optimisme et d'insouciance. " Un bon petit fils de noble ", comme certains jaloux l'appelaient à la cour.

Un jour, alors que le ciel s'assombrissait étrangement et que Lucius aidait sa mère à dresser la table, Adalberon entra dans la maison. Tout vêtu de son armure dont qu'il n'ôta pas, il claqua la porte et alla directement ouvrir un coffre d'arme dans le salon. Alors que sa femme et ses deux enfants le regardaient sans savoir que faire ni que dire, des détonations lointaines se firent entendre. Adalberon donna alors une épée à Lucius et dit à sa femme et à sa fille de se cacher. Malgré les questions des deux filles, il ne fit que dire une phrase à Lucius " Ce sont les charrs, mon fils. Aujourd'hui, prouve moi que tu es un Chevalier". A peine la phrase fut terminée qu'un bruit sourd se fit entendre dans l'entrée, et la tête d'un des paysans de la famille roula jusqu'à eux. Les charrs étaient là.

Tout ce dont se rappelle le jeune Lucius, c'est d'une grosse masse fondant sur son père et les cris de sa mère et de sa soeur. Il se réveilla toujours dans le salon, avec une douleur pesante à la tête. Lorsqu'il reprit ses esprits, une image qui allait le suivre toute sa vie prit possession de son champ de vision : Sa mère et sa soeur, les deux femmes qu'il aimait le plus, morte, le corps étendu sur le sol, couteaux de cuisine en main. Sa mère saignait abondamment du ventre et sa petite soeur était défigurée par, sans doute, un coup de masse. Pendant quelques secondes, plus rien n'existait autour de lui. Il restait silencieux et immobile face à cette vision barbare à laquelle il ne pouvait croire. Puis, le monde extérieur revint à ses sens, et un bruit d'armes s'entrechoquant atteint les tympans de Lucius. Quelqu'un se battait encore dehors.

Lorsqu'il sortit, l'arme figée dans ses mains, il découvrit son père, l'armure tachetée de sang, se battant contre trois Charrs plus grands l'un que l'autre. Adalberon avait la rage aux yeux et la tristesse au coeur. C'est soumis par ses émotions qu'il ne vit pas l'un de ses trois opposant effectuer une botte par son flan pour le transpercer d'un trait. La douleur n'était rien à côté du désespoir qu'il ressentait à ce moment. Lucius voulut hurler, mais il était submerger par une noirceur inconnue à son âme. Triste ? Abattu ? Enragé ? Il ne savait pas ce qu'il ressentait. Il n'avait qu'une chose en tête : Tuer, faire souffrir, faire couler du sang, faire supplier le pardon et voir mourir. Le cri sortit enfin de sa bouche lorsque le corp inanimé de son père toucha le sol. Le fils couru comme un taureau sur les trois buffles bipèdes, et engagea le combat.

Un des groupes de soldats Ascalonien envoyé par Adelbern au secours des survivants arriva sur le domaine des Phénix. Ils virent un jeune homme se battre contre 3 charrs enragés. Il ne disait rien et se battait avec une rapidité et une efficacité hors pair. Aucune botte, coup ou ruse n'arrivait à l'atteindre. Il mettait en péril les poses de ses opposants comme s'il ne se battait qu'avec une personne. Sa lame parait partout en même temps et occupait tout l'espace du combat. Il était partout en même temps, ses bras semblaient être plus que deux... Plusieurs bras, comme un Octopus.

Les soldats n'eurent pas à tirer leurs flèches. Après un moment, Lucius eu raison des trois charrs. Il tourna sa tête vers les Ascaloniens, et tomba, épuisé.

Ascalon était pratiquement tombée. Le rempart avait cédé et les charrs n'avaient de cesse de harceler le royaume. Adelbern avait besoin d'hommes pour reformer une armée, et surtout, d'hommes pour le protéger lui. D'hommes différent que cet Adalberon Phénix qui était soudainement partis, soi-disant protéger sa famille plutôt que son Roi. Un traitre, un chevalier déchu, un vaurien ! Et voilà qu'un jour, un homme se présentant sous le pseudonyme " Octopus " se présenta à la cour, et revendiqua son titre de Chevalier, jurant qu'il servirait le Sa Majesté Adelbern et Ascalon au détriment de sa propre vie. Adelbern, manquant d'hommes de confiances et de serviteurs aveugles, accepté de suite d'adouber cet inconnu.

Octopus avait prit le pas sur Lucius. Le jeune homme était mort avec sa famille, sous l'attaque charr et surtout, sous la honte qu'avait provoqué son père. Octopus devait les faire revivre, restaurer l'honneur de la famille Phénix et nettoyer le titre d'Adalberon. Au fil de son service, il remarqua qu'Adelbern lui confiait parfois des missions insensées ou inutiles, mais il faisait tout. Il commençait tout doucement à se faire connaître, quand Rurik, prince du royaume, décida de fuir avec une poignée d'Ascaloniens. Ce fut le coup de grâce pour la santé mentale d'Adelbern, qui banni son fils et sombra dans une psychose profonde. Paranoïaque, il envoya Octopus par delà le monde, faire des alliances avec tout le monde et n'importe qui, allant du traité de paix avec les lanciers jusqu'au traité de commerce avec des marécailleux...

Au fil des années, Octopus lui obéit toujours, sauf une fois, où il quitta carrément le royaume. Octopus avait une faiblesse : Les femmes. Il en rencontra une qui lui fit plus d'effet que les autres : Sofia. Une envouteuse passionée de Nécromancie. Il passa 5 ans comme son chevalier personnel. On ne le revit pas à Ascalon durant tout ce temps. Personne ne sait, ni même ses amis les plus proches, ce qu'il fit pour satisfaire les désirs de Sofia, mais Octopus en demeura changé et vieillit. Il revint un jour comme un autre, et demanda à Adelbern de lui confier des missions. Ce dernier, toujours plus fou, n'avait rien remarqué de sa longue absence, et agit comme si de rien n'était. Plus personne ne revit jamais Sofia. Elle avait disparu depuis que le chevalier avait reparu.

C'est à partir de ce moment que le grand et vieux Octopus fit les plus grandes rencontres de sa vie qui constituèrent le groupe qui l'accompagne partout, et exécutant le moindre de ses ordres. Quatre personnes composent ce groupe : le Seigneur Lanceval, Zimurn Tixif, Ragatus dit " le sombre " et Noran Felydor.

Lanceval est un ami de longue date d'Octopus. Il est le seul à connaitre toute son histoire. Le chevalier l'aime comme son frère. Le seigneur est en réalité un ancien propriétaire terrien Ascalonien. Une personne qui échange volontiers sa baguette pour les manières et ragots de la cour !

Zimurn Tixif est un ancien rôdeur Luxon. Après que le clan de son père (le clan du loup) fut détruit lors d'une des compétitions luxonne, il se mit à arpenter les mers, et devint pirate. Capitaine de son propre navire, il tomba malheureusement sur le bâtiment transportant Octopus en mission diplomatique à Cantha. Son équipage mourut dans le naufrage et il en fut le seul survivant. Octopus le recueillit lorsqu'il vit que le pauvre Zim était devenu completement fou, dominé par un esprit sarcastique et moqueur dissimulant trop de haine.

Ragatus le Sombre est un jeune assassin Kurzick. Avant cela, il était chanteur pour la maison musicienne Kurzick. Sa vie changea lorsqu'il fut violé dans la grande foret par des combattants luxons qu'il tua de ses propres mains après leur acte odieux. Il fut trop perturbée, sa voix se dégrada et il perdu la parole. Sa carrière de chanteur était terminée, et les dirigeants Kurzick préférèrent se servir de sa rage au combat. Il devint alors esclave, et fut donné à Octopus en gage de l'amitié Kurzicko-Ascalonienne. Le chevalier a réussit à récupérer la voix et les paroles de Ragatus, bien que son expression orale soit saccadée et craintive.

Enfin, Noran Felydor est un ritualiste du désert Elonien. Alors qu'Octopus devait prendre contact avec les Kournans, il tomba sur une petite hutte habitée par un homme étrange et mystique : Noran. A peine engagea-t-il la discussion avec le ritualiste que celui-ci lui donna sa vie. Il se justifia simplement en disant qu'il avait vu pour le guerrier un destin flamboyant, et qu'il l'attendait depuis bien longtemps. Son heure était venu de l'accompagner. Le Chevalier l'acceuilla avec plaisir.

C'est ainsi qu'Octopus continue aujourd'hui à servir Adelbern et Ascalon, pour racheter l'honneur perdu de son père. Accompagné de ses acolytes, serviteurs et amis, il vieillit en se battant chaque jour pour être à la hauteur du titre qui a toujours guidé sa vie : Chevalier.

Le chevalier Phénix renait de ses larmes chaque jour, jusqu'à ce qu'il ne pleure plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[BIOGRAPHIE] Le Chevalier Phénix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chevalier de la mort
» Dédicace au chevalier Martineau
» Chevalier Paladin enfin peint
» Chevalier du Grall (essai de peinture type kilt)
» Chevalier pégase bretonnien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes :: Légendes :: Bibliothèque :: Mémoires d'aventuriers-
Sauter vers: