[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes


Bienvenue sur le forum des Veilleurs des Sylvecimes [VdS]

Alliance

[FRT] | [arcs]




 
AccueilPortailCalendrierRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Requête d'Akoras.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
In The Empyreans



Masculin Nombre de messages : 54
Age : 26
Date d'inscription : 06/03/2010

Informations
Guilde:
Serveur:

MessageSujet: La Requête d'Akoras.   Mar 27 Avr 2010, 12:13

Sujet original : Du sable dans la vallée

Ils s’assirent en contrebas de la dune de sable. Là, Pâzanengsin ouvrit le livre de sortilèges. Les feuilles étaient de papier comme la plupart des livres fabriqués à Cantha. Le parchemin était dépassé dans l’Empire du Dragon. Sur chacune des pages étaient inscrites des sortes d’incantations accompagnés de schémas, croquis. Certaines pages étaient agrémentées d’enluminures.

Pâzanengsin trouva la page. En haut, dans l’en-tête, un dessin de goûte de sang était représenté suivi d’un véritable pavé d’instructions. Pâzanengsin se rafraîchît la mémoire du sortilège en lisant l’intégralité des commandements puis referma le livre.

Il regarda Akoras dans les yeux qui brillaient plus que les siens. « Es tu prêt, Akoras ? »

Le rôdeur acquiesça. Il avait l’air sûr de lui.

Pâzanengsin dégaina un coutelas. Il était dissimulé dans un petit fourreau qu’il portait à la botte gauche. La garde était un crâne et la lame était bleue. Petit merveille de la l’art Kurzick, il le présenta à Akoras qui le prit.

« Il va falloir verser du sang. C’est le prix à payer. Je l’ai appris à mes dépends, Grenth n’octroie rien sans recevoir. La douleur risque de te faire une nouvelle fois délirer mais n’ait crainte, je saurais y faire. »

Pâzanengsin prononça deux ou trois mots de pouvoir et une sphère apparut.

« Le sang que tu verseras coulera dans cette sphère. Grâce à cela je pourrai exploiter le pouvoir de son sang. Une fois cette puissance accumulée, je te la transmettrai. Sache une chose : il faut que tu doses avec parcimonie. Trop peu de sang versé ne permettra pas l’accomplissement du rituel, ton fluide serait gâché et aucune énergie n’en sera dégagée. Par contre, trop de sang et c’est la mort assurée. Sache faire la différence entre avidité et cupidité. Sur ce chemin, je ne peux t’aider. »

Pâzanengsin sonda l’esprit d’Akoras. Il était tourmenté mais y trouva une clairière de calme que l’âme d’Akoras défendait fermement.

« Tu me sembles prêt, tout est désormais question de confiance. Tes veines doivent s’ouvrir pendant que j’accomplis le sortilège. N’oublie pas mes recommandations et le rituel sera une réussite. Une dernière chose : pour le dosage je ne pourrai t’aider. Cette décision n’appartient qu’à toi et à toi seul. Je serai là physiquement mais mon esprit sera ailleurs, je ne pourrais donc pas te dire de te stopper ou de continuer. Je n’ai aucun pouvoir sur cela. »

La sphère lévitait toujours et en dessous celle-ci, Pâzanengsin dessina un triangle dans un cercle à même le sable.

« Je suis fin prêt, on y va quand tu le désires. »


Dernière édition par In The Empyreans le Mar 27 Avr 2010, 17:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedayendswhenisayitdoes.blogspot.com/
Akoras Loren



Masculin Nombre de messages : 77
Age : 31
Date d'inscription : 15/10/2009

Informations
Guilde:
Serveur:

MessageSujet: Re: La Requête d'Akoras.   Mar 27 Avr 2010, 12:37

Akoras avait évidemment suivi le Nécromant sans hésiter. Il n'était pas du genre à se défiler, surtout après avoir sollicité son aide. Une réalité qu'il n'avait pas envisager le rattrappait pourtant et il murmura :

- Ainsi c'est de MON sang dont tu as besoin... Je m'étais imaginé solliciter un peu "d'aide" auprès d'un lézard des Dunes ou de n'importe quelle bestiole qui passerait par là, quel idiot... Je l'ai compris : l'équilibre de Grenth doit être respecté. Si je veux recevoir, il va d'abord falloir donner...

Le Rôdeur requis quelques minutes, non d'hésitation, mais de reflexion. Les veines de son poignet étaient les plus accessibles, et il savait que pour obtenir un saignement abondant, il fallait les trancher dans le sens de la longueur, et non transversalement. Il avait besoin de trois choses : du courage, de la confiance en son soigneur, et un bon garrot ! Pour les deux premiers, aucun problème, quant au troisième, la corde de son arc risquant de cisailler le bras, il choisit son masque, qu'il ne pouvait porter de toute façon depuis quelques jours car cela accentuait son oppression. Pré-nouant le garrot improvisé autour de son bras, il saisit la -sublime -petite dague en regardant Pâzanengsin dans les yeux :

- Je sais que contre l'origine de mon mal, tu ne peux rien. Je souhaites juste survivre à cette épreuve dans le désert. Une fois rentré, je trouverai un moyen de résoudre ce problème définitivement, mais cela implique que je sois encore en vie en arrivant aux Sylvecîmes... et pour cela je n'ai que toi.

Il plaça son avant-bras au dessus de la sphère, la lame sur le sillon bleuté à l'intérieur de son poignet.

- Si je ne reviens pas, sache que je te suis éternellement reconnaissant... Dis aux Veilleurs que mon âme les guidera toujours, et à Alicia que je... que je l'aime, et que je regrette d'être parti trop vite... Je suis prêt. Melandru soit avec moi.

Il savait que son guérisseur improvisé n'avait aucune idée de l'identité de son Alicia, mais il ne doutait pas qu'ils finiraient par se rencontrer, son son propre regard, ou celui de son esprit. Il se répéta les recommandations du Nécromant une dernière fois et attendis que le rituel commence, en prenant garde de ne pas se blesser avant cela. "Tes veines doivent s'ouvrir pendant que j'accomplis le sortilège"...

- Confiance, courage, garrot, vraiment pas de quoi paniquer !, pensa-t-il, mais ce n'était pas la chaleur du désert qui fesait perler ces gouttes de sueur sur ses tempes. Il accorda une - dernière ? - pensée à son ours resté au Domaine, puis focalisa toute son attention sur son poignet, où tout allait apparemment se jouer.


Dernière édition par Akoras Loren le Mar 27 Avr 2010, 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
In The Empyreans



Masculin Nombre de messages : 54
Age : 26
Date d'inscription : 06/03/2010

Informations
Guilde:
Serveur:

MessageSujet: Re: La Requête d'Akoras.   Mar 27 Avr 2010, 13:42

« J’ai compris. Tout se passera bien. »

Ils se regardèrent dans les yeux et Pâzanengsin hocha la tête signalant le début du rituel. Simultanément, les deux hommes accomplir leur part du rituel.

Akoras laissa s’échapper le sang de ses veines et le sang commença à remplir la sphère transparente. Les inscriptions dans le sable se mirent à briller. Pâzanengsin écarta les mains et se laissa pénétrer par l’énergie de Grenth.

Mah Aowe Galerrahen
Til Crerabeth


Le sang coulait toujours.

Pâzanengsin commença lui-même à léviter au dessus du sol. Ses mains tremblaient et ses doigts étaient crochus si bien que ses deux mains formaient une sorte de réceptacle.

Wih Ma Crisa Onahaf
Mil Ravhien


Cette fois le sang contenu dans la sphère commença littéralement à fondre. D’une manière assez inexplicable, le sang fondait. C’était là que commençait une partie difficile pour Akoras. En effet, il perdait le repère de la quantité de sang déjà versé. Cela exigeait une concentration assez importante.
A mesure que le sang fondait, il se dégagea une fumée noire. Elle avait l’apparence de la fumée mais en réalité il s’agissait de l’énergie du sang. Elle provenait directement des Brumes, matière mystique qui constituait chaque vie, chaque chose.

Lah Lia Lah Biral

La Brume du sang d’Akoras, ainsi dissocié de toutes les impuretés voyagea dans l’air libre. Elle était en contact à vif avec le Monde. Les mains de Pâzanengsin agirent comme des aimants et bientôt une grande quantité de brume noire vint se loger dans la prison des doigts de Pâzanengsin.

Pâzanengsin sentit le pouvoir fluctuer, il avait à sa disposition désormais de l’énergie des Brumes extrêmement pure. Certes elle était inoffensive, mais il s’agissait de l’énergie la plus puissante qu’un homme pouvait trouver en ce monde : l’énergie vitale. Paradoxalement, cette énergie ne pouvait être exploitée à des fins offensives et Pâzanengsin le savait.

Il ne savait pas où en était Akoras, il n’avait aucun moyen de le savoir, tout ce dont il fut conscient était que la sphère était vide et que tout le sang avait été consumé. En avait-il trop donné ? Pas assez ? Pâzanengsin l’ignorait.

La brume noire, l’énergie tournoya un moment dans ses mains puis se concentra dans la paume de Pâzanengsin.

Astaewien

Commença la deuxième partie du rituel. Les inscriptions sur le sable s’éteignirent et la sphère disparut, comme évaporée dans le vent. Deux gros amas de brume se concentraient dans les deux mains du Nécromant, toujours en transe.

Pâzanengsin ouvrit les yeux. Il ne vit pas Akoras qui pourtant était bien là.

Behnu Ra Fan Kuu
Comme un murmure dans le vent, Pâzanengsin entendit la formule de l’Empyrean.
Son cœur fit un bon dans sa poitrine. Les Empyreans ? Ici ? Encore ?
Il chercha à entendre une nouvelle fois les voix mais plus rien.

Il cessa de se distraire. La vie d’Akoras était peut être en jeu s’il avait donné trop de sang.

Il entama la tout dernière phase du rituel : la restitution de l’énergie amplifiée.
Au fond, le rituel était d’une grande simplicité. Lorsqu’un homme manquait d’énergie ou était en proie à une violente faiblesse, les Nécromants avaient mis au point un sort particulier. Partant du point de départ que les Brumes fluctuent constamment en chaque être, ils en ont déduit que la Brume fluctuait matériellement dans le corps par l’intermédiaire du sang. Le sang pouvait être souillé, le transporteur de l’énergie vitale était sujet à de nombreuses attaques et c’était le cas d’Akoras. Le sortilège visait donc à débarrasser la Brume du sang pour la restituer de façon pure à travers les miroirs de l’âme : les yeux. Mais cela nécessitait la difficile maîtrise des courants des Brumes.

Qiamwen Droh

Les Brumes contenues dans les mains de Pâzanengsin s’échappèrent lentement. Cette fois ci ce fut les yeux d’Akoras qui furent les aimants à celle-ci. La Brume voyagea lentement, portée par les vents et les incantations de Pâzanengsin. Il déversait tout ce qu’il avait dans les mains vers Akoras.

Wima

Les yeux d’Akoras laissèrent pénétrer, sous la force du sortilège d’ouverture du Nécromant, la Brume à l’intérieur de son corps. En quelques secondes les yeux d’Akoras assimilèrent toute l’énergie.

Amiw

Ce mot devait clore le rituel, c’était le sortilège de fermeture des yeux. La blessure qu'Akoras s'était faite au poignet se referma d'elle même ne laissant qu'une toute fine cicatrice. Pâzanengsin cessa de léviter. Et ses yeux s’éclaircirent pour laisser apparaître la pupille. Il put enfin voir. Akoras avait l’air d’aller bien. Pâzanengsin fut soulagé de voir qu’il avait suivi les recommandations.

« Tes yeux seront quelques peu embrumés pendant les 3 prochaines minutes, c’est une réaction normale. C’est peut être handicapant pour tirer à l’arc mais ses effets se dissiperont vite, pas d’inquiétudes.

Le sang que tu as sacrifié a libéré une grande énergie, je l’ai senti. Cette nouvelle énergie qui en ce moment inonde tes sens devrait te permettre de tenir jusqu’à ce que tu règles ton problème de visions. »


Mais Pâzanengsin avait l’esprit désormais ailleurs. Qu’est ce que cela signifiait ? Il l’avait entendue, l’incantation des Empyreans. Comment avait elle percée jusqu’ici ? Etait ce parce que du sang avait été sacrifié ? Pourquoi n’avait-il entendu qu’une partie de celle-ci ? N’y avait-il pas eu assez de sang versé ? Le sang était-il la clef des Empyreans ?

Etrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedayendswhenisayitdoes.blogspot.com/
Akoras Loren



Masculin Nombre de messages : 77
Age : 31
Date d'inscription : 15/10/2009

Informations
Guilde:
Serveur:

MessageSujet: Re: La Requête d'Akoras.   Mar 27 Avr 2010, 14:29

Au son des premières incantations, le Rôdeur fit pénétrer dans ses chairs la lame qui s'y enfonça comme dans du beurre, traversant d'abord l'épiderme, puis le derme et enfin l'enveloppe du vaisseau. La douleur annoncée par le Nécromant ne se fit pas ressentir, du moins pas comme il s'y attendait. Autant l'incision cutanée brûlait vivement, autant les veines ne semblaient pas inervées de la même façon. Les petits tuyaux se laissaient découper sans manifester le moindre signal à l'organisme. Le sang se mit à couler, la sphère se remplissant lentement mais continuellement.

Le Rôdeur s'était dit qu'au pire il remplirait sphère puis serrerait le garrot aussi fort que possible, afin se stopper la circulation artérielle et donc l'afflux sanguin. Quelle ne fut pas sa surprise quand le sang commença à disparaître. Si Pâzanengsin paraissait concentré sur ce qui semblait se dégager de la sphère, Akoras lui ne voyait rien, le sang semblait simplement se volatiliser.

En l'absence de repères, l'angoisse commença à monter. Associée à la perte sanguine, elle lui fit d'abord ressentir des fourmillements dans les jambes, qui se propagèrent petit à petit à l'ensemble du corps. Quelques secondes plus tard, sa vue s'amenuisa rapidement pour ne lui laisser d'une image blanche et unie devant les yeux. Se sentant défaillir, Akoras n'eût que le temps de saisir son masque à l'une des extrémités. Il chercha à taton l'autre avec ses dents, la saisit enfin et serra aussi fort que possible, puis perdit conscience.

Le voile blanc devint sombre, Akoras eût la sensation de choir sans fin, comme dans un puits d'une noirceur sans faille. Etait-il mort ? En tout cas son corps ne lui envoyait plus aucun message. Cette chute sembla durer des heures avant de prendre fin. Le Rôdeur retrouva une sensation d'équilibre, un picotement - seulement ? - dans le poignet et la chaleur du désert. Il était toujours assis en tailleur, et non pas affalé dans le sable comme il l'aurait imaginé. Le voile noir devint rouge, le rouge du soleil ardent traversant ses papières. Il ouvrit les yeux, vit Pâzanengsin et entendit vaguement quelques mots que le Nécromant lui adressait. Les yeux embrumés ? C'était dérisoire, vu d'où il revenait. Il avait survécu, et surtout, surtout, il allait mieux ! Du moins, aussi bien qu'avant le départ aux Dunes du Désespoir, ce qui signifiait qu'il pouvait courrir, bander son arc, viser et abattre sa cible. Exactement ce dont il avait besoin pour reprendre la route !

- Merci..., murmura-t-il, mais Pâzanengsin semblait déjà ne plus l'écouter. Quel étrange personnage que cet homme qui lui avait sauvé la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Requête d'Akoras.   Aujourd'hui à 06:58

Revenir en haut Aller en bas
 
La Requête d'Akoras.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de dissolution de mariage: Requête n°1460-03
» Modeste requête
» [Information] Merci de bien vouloir préciser l'objet de votre requête
» THE dépotoir. (Requêtes : 0/4)
» Demande de dissolution du mariage- Requête n°1459-01

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes :: Légendes :: Sentiers des Sylvecimes-
Sauter vers: