[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes


Bienvenue sur le forum des Veilleurs des Sylvecimes [VdS]

Alliance

[FRT] | [arcs]




 
AccueilPortailCalendrierRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'appel du passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helari
Panacée des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 1547
Age : 25
Date d'inscription : 28/03/2008

Informations
Guilde: Veilleurs des Sylvecîmes
Serveur:

MessageSujet: L'appel du passé.   Ven 30 Avr 2010, 18:38

Beaucoup de Veilleurs étaient partis il y a peu, laissant Helari au pied de l’arbre le plus au sud du Cœur. Cette dernière commença à monter les fines marches de bois qui s’élevaient progressivement dans les hauteurs, à la façon d’un serpent enroulé autour d’un bâton. Les premières étaient toujours les plus agréables, car la fatigue n’était pas encore perceptible. Même si avec le temps, elle commençait à s’y habituer, cette ascension lui paraissait toujours interminable, sans pour autant être désagréable.
S’élever le long d’un arbre plus que merveilleux, tout en ayant une vue magnifique sur la forêt, le Slyn s’écoulant paisiblement plusieurs mètres en contrebas. L’architecture de l’endroit permettait en plus d’avoir une vue sur les plateformes en suspension entre les trois gros troncs, de saluer les éventuels Veilleurs qui y étaient perchés. En montant ces escaliers, on croisait ainsi quatre de ces plateformes centrales, une toute les dix mètres. D’autres plateformes plus étroites étaient fixées aux troncs sur la trajectoire des escaliers, à raison d’une tous les dix mètres également, en décalage de cinq mètres avec les plateformes centrales. Ce petits « balcons » comme Helari se plaisait à les appeler, étaient tous reliés par des ponts de singe reliant chaque tronc, et étaient reliés par des échelles montantes et descendantes aux plateformes centrales.
La plus importante d’entre elles, la plus large, et également la plus élevée renfermait l’avant-poste, lieu de vie et de décisions, où l’on pouvait retrouver toutes les cartes du monde, et tous les documents rassemblés par les Veilleurs.
Mais le Cœur était vide actuellement, et la Moniale n’avait que peu de monde à croiser. Beaucoup étaient partis, soit dans le désert, soit dans les cimes froides, d’autres encore vagabondaient sur les différents continents que le monde abritait, et enfin, certains continuaient à surveiller les frontières des Sylvecimes, abrités par un quelconque arbre, profitant du soleil, écoutant la nature respirer…

Grimpant encore les escaliers, elle arrivait bientôt au second palier, soit à une hauteur qu’elle estimait d’environ vingt-cinq mètres, si ses calculs étaient bons (la plateforme la plus basse était située à une dizaine de mètres au dessus du Slyn, d’après les dires d’Elladan).
Elle était suffisamment montée pour voir au dessus de la cime des arbres « normaux » qui paraissaient vraiment petits comparés aux trois grands colosses composant le Cœur. Son regard portait loin au dessus du bois, et elle pouvait aisément voir les montagnes des CimesFroides à l’est se découper dans le ciel bleu. Derrière cette muraille se trouvaient les territoires Norns, où une poignée de Veilleurs cherchait un moyen de traduire le parchemin des Nains.

Continuant son ascension, et s’enfonçant dans sa solitude, la Moniale commença à se remémorer les affreux moments de sa détention. Elle ne s’était toujours pas complètement remise de l’ambiance macabre de sa cellule de détention. Même si tout cela n’était maintenant plus que des mauvais souvenirs, elle ne pouvait s’empêcher d’y repenser. Comme une obsession, elle était poursuivie par ses geôliers jusque dans ses rêves, incapable d’oublier, ne serait-ce qu’une seconde de ce qui s’était passé là bas.
Tâchant de chasser ses mauvais démons, et de continuer à monter, la Helari songea soudainement à un Veilleur qu’elle n’avait pas revu depuis un temps indéterminable. Pourquoi repensait-elle à lui ? Aucune idée…A moins que ça ne soit le fait de se remémorer cette invasion de cadavres. Arachnos avait en effet été remarqué au début de l’assaut, et les rapports indiquaient qu’il se dirigeait vers l’origine de l’incendie qui avait fait brûler une petite parcelle forestière avant d'avoir rejoint le groupe qui s'était chargé d'éliminer Avarr le Déchu. Qu’était-il devenu ensuite ? Personne ne le savait. En tout cas, il n’avait pas donné de signe de vie depuis longtemps.
Montant encore les marches, la Moniale ne pouvait se libérer de cette pensée. Bientôt, elle débouchait sur l’accès à l’avant poste. Traversant le vide qui l’en séparait grâce à l’une des échelles, elle se mit en quête de retrouver la liste des rapports datant de sa détention, afin de voir s’il n’avait pas été fait mention du Rôdeur durant son absence. Évidement, l’endroit n’était pas propice au rangement de documents, et la Moniale se rendit rapidement compte qu’elle ne cherchait pas au bon endroit. L’avant poste était un lieu d’organisation, pas une bibliothèque. Elle devait aller fouiller dans les aménagements du houppier.
Rejoignant les escaliers par la même échelle qu’elle avait empruntée à son arrivée, elle reprit son ascension vers les premières ramifications de l’arbre, là où de grosses branches partaient du tronc pour bénéficier de la lumière directe du soleil. Cet enchevêtrement de branches constituait un gigantesque réseau de voirie entre les trois arbres. C’était le centre communautaire du Cœur, là où la vie y était la plus active, et où il était possible de croiser les habitants des Sylvecimes.
S’enfonçant dans le réseau de branches, Helari tâcha de garder son cap : la salle qu’elle cherchait était située près du tronc le plus à l’ouest du Cœur. Ici, c’était à elle de s’adapter aux fluctuations de la création naturelle pour se diriger. Rien n’avait été modifié, abimé, et il n’était pas rare d’avoir à faire le tour d’un entremêlement de branches trop épaisses pour atteindre son but.
Après une petite marche suppléée de quelques acrobaties et de petits bonds pour éviter des cavités, Helari arrivait enfin à sa destination.
Pénétrant dans la petite salle, elle chercha rapidement sur les deux maigres étagères qui étaient installées là, à côté desquelles avaient été disposée une petite table et une chaise.
Elle ne tarda pas à trouver l’ensemble de rapports, de descriptifs et d’explications qui avaient été proposés par les Veilleurs suite à l’attaque des Morts Vivants, le tout avait été ficelé pour y donner une allure de manuscrit sans reliure.
Elle parcouru toutes les pages, sans trouver d’avantages d’informations sur la présence d’Arachnos Eldoras. Il y était écrit qu'après être allé voir l'incendie, il s'était joint à Elladan et quelques Veilleurs pour mettre un terme au activités du Nécromant renégat. Rien de plus.

Bien décidé à tenter quelque chose, la Moniale s’approcha de la table, saisit de quoi écrit dans le petit coffret qui y était posé et commença à griffonner :

Cher Arachnos,

Voilà bien longtemps que nous avons eu de tes nouvelles, et les Veilleurs sont bien trop occupés à vagabonder à travers le monde pour s’affairer à te courir après. D’autant plus qu’il semble évident que rien ne te force à donner des nouvelles non plus, si ce n’est le savoir vivre qui a pu t’être enseigné au cours de ta vie.

Cependant, il arrive bien un jour où quelqu’un entreprend de renouer un contact. C’est en remontant seule au Cœur, alors que je me perdais dans mes songes, que j’ai pensé qu’il serait bon de savoir si tout va bien pour toi. Je viens aux nouvelles, même si c’est par courrier interposé.

Ici, aux Sylvecimes, les choses ne s’arrangent pas forcément. Je ne sais pas si tu as eu vent de la nouvelle, mais les cadavres ont cessé de déferler sur le domaine. Cela m’aura coûté une éprouvante détention dans un cachot, dont je pense être la seule à mesurer l’ampleur des conséquences que cela a sur mon comportement, mon attitude, mes pensées morbides. Sans que je le fasse trop paraître, toute cette histoire m’a affectée, et j’avoue ne me sentir bien qu’ici, aux Cœur.
Enfin, mon état n’est pas la priorité ici, et la solitude que je me suis offerte m’aide à réfléchir à tout cela. En effet, comme je te le disais, les Veilleurs sont nombreux à être occupés. Nous avons effacé une menace, mais en avons récupéré deux en échange. D’abord, des étranges agissements des Nains du Sommet de Pierre qui ne laissent rien présager de bon pour la sécurité des Sylvecimes (une escouade a été envoyée dans les Cimesfroides pour en apprendre plus sur leurs plans), et à côté de ça, une fontaine de sable se serait écoulée dans la vallée, forçant nombre des nôtres à se rendre dans le désert de cristal. Je n’ai reçu de nouvelles de personne pour le moment, j’espère juste qu’ils progressent dans leurs découvertes.

Et toi, qu’en est-il de ton avenir ? Aurons-nous l’occasion de te revoir un jour ? Viendras-tu pour aider à protéger notre domaine, comme tu l’as fait avec tant de conviction pas le passé ?

Même si je n’attends pas de réponse directe de ta part, j’espère recevoir un signe, ou peut-être même avoir la possibilité de te voir rentrer fouler cette bonne terre…Je n’ai malheureusement pas la capacité de sentir et d’interpréter la conscience de la forêt aussi bien que le feraient les Veilleurs aguerris, c’est pourquoi, dans l’attente d’un signe, j’irais marcher jusqu’au lieu de l’incendie tous les jours, peut-être finirais-je par t’y trouver, à moins que tes pas ne te guident directement au Cœur…

Il ne me reste plus qu’à aller prier Mélandru pour qu’elle me confie un oiseau capable de te retrouver, en espérant que la Nature entende ma requête.

Amicalement,
Helari De Clonak, moniale au service des Sylvecimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalendrack
Veilleur des Sylvecimes


Masculin Nombre de messages : 1434
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2007
Nom d'affichage : Kalendrack.3671

Informations
Guilde: [VdS]
Serveur: Mer de Jade

MessageSujet: Re: L'appel du passé.   Sam 01 Mai 2010, 16:49

Le soleil matinal perçait doucement à travers l'épais manteau de la forêt. Helari, comme promis, pénétrait dans la petite clairière. Au centre de celle ci se dressait un arbre calciné qui avait été sacrifié lors de l'attaque des morts-vivants sur le domaine, qui, miraculeusement, semblait refleurir lentement, gorgé de l'énergie magique émanant des Sylvecimes.
Un brise souffla légèrement, semblant sortir de nulle part, agitant la chevelure exceptionnellement détachée de la moniale. Elle regarda vers la cime des arbres, quand soudain un oiseau - le même qu'elle avait envoyé à Arachnos - apparut, planant par delà les arbres, avant de plonger et de se poser sur une branche tombée au sol.

Il était porteur d'un message. Helari en pris connaissance, cependant, c'était le même qu'elle avait envoyé au rôdeur. L'oiseau lui avait-il délivré? Soudain son regard fut attiré par un détail particulier : en bas du document figurait une inscription abimée, l'encre s'était répandue et obstruait une partie du texte, il ne semblait y avoir que quelques annotations. On ne pouvait cependant plus lire qu'un mot :

"...excuses..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vds-gw.forumpro.fr
 
L'appel du passé.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En route vers l'aventure.... à l'appel de Banga!
» [Appel] Norfendre : guerre pour la maitrise des territoires!
» Appel d'offre Exposition universelle [les 8 villes/pavillon]
» [RESOLU] Problème appel de l'écran de chargement via script
» [ Horde ] Le Nouvel Appel du Destin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[VdS] Les Veilleurs des Sylvecimes :: Légendes :: Sentiers des Sylvecimes-
Sauter vers: